Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V).

Le groupe des Dix veut faire chambre à part

Laurence Van Ruymbeke
Laurence Van Ruymbeke Journaliste au Vif

Les représentants fédéraux du banc patronal et du banc syndical qui siègent au Groupe des Dix en ont avalé de travers. Les deux clans avaient en effet demandé à rencontrer séparément les deux informateurs royaux de manière à pouvoir exprimer, chacun, des avis qui ne faisaient pas forcément l’objet d’un consensus général.

Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens ont refusé, arguant qu’ils souhaitaient entendre  » l’institution  » et non des  » groupes de pression défendant des intérêts particuliers « .

Courroucés, les représentants des employeurs et des syndicats ont vertement protesté :  » Nous réduire à des groupes de pression pour intérêts particuliers, c’est soit méconnaître la concertation sociale belge, soit ne pas nous reconnaître comme interlocuteurs représentatifs « , argue l’un des membres du Groupe des Dix.

Ce qui est un brin contradictoire dans le chef des informateurs royaux, qui ont tout de même prié patrons et syndicats de travailler avec le gouvernement sur le dossier des pensions, du financement de la sécu et de l’évolution du marché du travail…

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content