© belga

Le duo Bouchez – Coens a huit jours pour débloquer le pays

Le Vif

Les informateurs royaux Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) ont fait leur rapport intermédiaire au Palais royal. Sans autre commentaire. Leurs conclusions sont attendues pour le 28 janvier au plus tard.

« Sa Majesté le Roi a reçu en audience au Palais de Bruxelles Messieurs Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens. Les informateurs ont fait un rapport intermédiaire au Roi. » Voilà le communiqué laconique par lequel le roi a fait état de la venue des informateurs, ce lundi après-midi.

L’impasse demeure. Il leur reste huit jours montre en mains pour tenter de trouver une issue à la crise fédérale.Dimanche, on a appris que le duo avait organisé le même jour une rencontre entre le PS et la N-VA. Depuis, le PS continue à demander au CD&V de choisir son camp entre « l’unité ou la rupture du pays », c’est-à-dire entre les nationalistes flamands ou une Vivaldi (associant socialistes, libéraux, écologistes et CD&V). Au conseil du MR, un discours plus optimiste a été délivré: la rencontre secrète N-VA – PS aurait été plus « constructive »

L’impasse complète

Au cours des derniers jours, aucune des formations susceptibles de jouer un rôle dans les différents scénarios sur la table n’avait claqué la porte, mais les deux informateurs ne semblent pas avoir enregistré d’avancée significative pour autant.

Les conclusions du duo Coens-Bouchez, reconduit dans sa mission au début de la semaine dernière, sont attendues « au plus tard le 28 janvier », avait communiqué le Palais lundi dernier. Il s’agit d’examiner pour la énième fois la faisabilité d’un gouvernement fédéral qui rassemblerait la N-VA et le PS, à la suite de la soudaine ouverture que le président des nationalistes flamands avait semblé exprimer durant le week-end en direction d’une politique sociale et d’une augmentation des pensions les plus faibles.

Présent à la réception de Nouvel an des socialistes flamands, le président du PS Paul Magnette a répété dimanche qu’il souhaitait que la N-VA s’engage davantage au-delà de quelques mots en faveur d’avancées sociales.

Paul Magnette a également répété qu’en cas de blocage, il pourrait être opportun de mettre sur pied un gouvernement provisoire, durant six mois, voire un an. Comme il y a plusieurs mois, M. Magnette estime qu’un tel gouvernement, composé des formations du gouvernement en affaires courantes (les libéraux et les sociaux-chrétiens flamands, NDLR), associées aux socialistes et aux écologistes pourrait se concentrer durant six mois ou un an sur les urgences sociales et environnementales.

Les premiers jours de la semaine n’ont pas semblé avoir regorgé de réunions. Le jeune président des socialistes flamands, Conner Rousseau et la ministre libérale de la Santé publique Maggie De Block avaient alors qualifié le travail des informateurs d' »insuffisant » ou « lent ».

Réponse du berger à la bergère: pour les informateurs aussi, cela « dure depuis bien trop longtemps », a depuis réagi Joachim Coens, lançant, comme Georges-Louis Bouchez jeudi dernier, un appel au sens des responsabilités de tous.

Partner Content