© iStock

Le Comité consultatif de bioéthique veut vacciner les enfants présentant des comorbidités

L’organisme constate par ailleurs que, à ce stade, seules des données partielles permettent d’envisager l’effet protecteur d’une vaccination pour la santé des enfants sans comorbidité.

Les enfants âgés de 5 à 11 ans qui présentent des comorbidités doivent pouvoir être vaccinés « sans attendre », indique le Comité consultatif de bioéthique de Belgique dans un avis préliminaire sur la vaccination contre le coronavirus. Il considère comme « éthiquement acceptable » que les autorités mettent un vaccin à disposition des familles.

L’avis rappelle, sur la base de constats scientifiques, que les enfants souffrant d’une ou plusieurs comorbidités présentent « un surrisque important » d’hospitalisation s’ils contractent le Covid-19. En présence d’un vaccin considéré par les autorités sanitaires comme sûr et efficace, le comité estime donc que la vaccination devrait être « recommandée et mise à disposition sans attendre au bénéfice de cette catégorie d’enfants, afin de les protéger ».

L’organisme constate par ailleurs que, à ce stade, seules des données partielles permettent d’envisager l’effet protecteur d’une vaccination pour la santé des enfants sans comorbidité. Cependant, il estime comme « éthiquement acceptable » que les autorités mettent à disposition des familles un vaccin sûr « à la condition que les familles soient informées de façon transparente de l’état des connaissances à ce sujet et qu’elles puissent se décider en toute autonomie ».

Le Comité de bioéthique estime également prioritaire pour le bien-être des enfants que les écoles restent autant que possible ouvertes et que les enseignants aient donc accès à l’administration d’un vaccin « booster » en priorité. Il met en outre en garde contre « la tentation de faire porter aux enfants des responsabilités qui ne sont pas les leurs ».

Selon le comité, aucune différence ne doit être faite entre les enfants vaccinés et non vaccinés (pas de Covid Safe Ticket ou de différence d’accès aux voyages scolaires par exemple).

Lundi, les ministres de la Santé se prononceront sur la vaccination des 5-11 ans lors d’une conférence interministérielle. Ils tiendront notamment compte de l’avis du Comité de bioéthique mais aussi du Conseil supérieur de la santé qui a émis un avis favorable. Le Comité de bioéthique rendra un avis approfondi début 2022.

Partner Content