"La Suisse n'a pas renoncé à sa neutralité" © belga

« La Suisse n’a pas renoncé à sa neutralité »

(Belga) « La Suisse n’a pas renoncé à sa neutralité, même après les sanctions décidées contre la Russie », a fait savoir mercredi la ministre suisse de la Défense, Viola Amherd.

Concernant les sanctions, « bien qu’elles n’apparaissent pas nécessaires dans un premier temps », la rapide invasion de l’Ukraine les a rendues indispensables, a indiqué Mme Amherd. « Dans ce contexte, il était clair pour le Conseil fédéral qu’il assumerait les sanctions prises à la suite de l’Union européenne. Il n’aurait pas été possible de rester à l’écart », a-t-elle précisé. « Les sanctions économiques sont un moyen de pression éprouvé afin de ramener la Russie à la raison », selon la cheffe suisse de la Défense. Elle espère toutefois qu’elles suffiront et qu’une intervention militaire pourra être évitée. Mme Amherd estime, en outre, que les sanctions décidées par le gouvernement n’altèrent en rien la neutralité du pays, dès le moment qu’il n’intervient pas militairement. « La neutralité ne signifie pas que l’on ne peut pas avoir d’opinion et s’engager pour le droit international public », a-t-elle déclaré. La Suisse peut ainsi toujours endosser le rôle de médiateur, si les parties en font la demande et se montrent prêtes au dialogue. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content