La commune de Bruxelles-Ville, ici la Grand Place, est au coeur d'un imbroglio territorial depuis des années. Deux députés MR veulent faire bouger les choses. © Istock

La Région bruxelloise plus verte et moins bleue

Olivier Mouton
Olivier Mouton Journaliste

La vague verte submerge la capitale. Où le MR risque de perdre plusieurs places fortes. Le PS fait mieux que sauver les meubles. Le CDH obtient un bourgmestre symbole : Pierre Kompany.

La capitale confirme qu’elle devient une Région politiquement singulière en Belgique. C’est aujourd’hui la seule des trois Régions du pays où les libéraux ne sont pas au pouvoir. Et le résultat de la joute communale tend à démontrer que les habitants de la ville ont pris un cap progressiste.

Ecolo, qui progresse partout dans le pays (Groen aussi, en Flandre), y réussit des scores particulièrement importants, supérieurs de dix pourcents parfois aux scores de 2012. « Le citoyen réclame une alternative et il a choisi Ecolo », se félicite sa coprésidente Zakia Khattabi, en réclamant des « majorités de vainqueurs ». Cristos Doulkeridis pourrait ainsi devenir bourgmestre d’Ixelles. Olivier Deleuze devrait rester à la tête de Watermael-Boitsfort, malgré l’envie de revanche de Martine Payfa (Déf). A la ville de Bruxelles, Benoît Hellings peut revendiquer de monter dans une majorité. A Uccle, Ecolo progresse et pourrait appuyer un Boris Dilliès (MR) en forte baisse, en raison de la dissidence de Marc Cools. Mais Ecolo pourrait aussi poursuivre sa participation à la majorité de Molenbeek et rentrer ou rester dans d’autres majorités, à Woluwe-Saint-Pierre et à Schaerbeek.

Le MR, lui, fait grise mine. Paye-t-il sa participation au pouvoir fédéral et sa ligne dure en matière de migration dans une ville métissée ? Toujours est-il qu’il perd des voix à la ville de Bruxelles où sa participation à la majorité pourrait être menacée. Qu’il risque de perdre un bastion historique à Ixelles. Qu’il perd sa majorité absolue à Uccle. Qu’il risque d’être renvoyé dans l’opposition à Molenbeek. Bref, c’est loin d’être la percée attendue par son chef de file, Didier Reynders. Le MR reste toutefois largement en tête avec Vincent Dewolf à Etterbeek.

Le PS, pour sa part, fait mieux que se défendre. Avec Catherine Moureaux, fille de Philippe, il peut prétendre reprendre Molenbeek. Avec Philippe Close, et en dépit d’une chute, il reste le premier parti de la Ville de Bruxelles. Il pourrait aussi garder le maïorat d’Anderlecht.

Défi, lui aussi, se maintient bien, même si ses scores sont parfois un peu en baisse. Bernard Clerfayt devrait rester à la tête de Schaerbeek, Didier Gosuin obtient une majorité absolue à Auderghem et Olivier Maingain conserve Woluwe-Saint-Lambert.

Le CDH maintient ses places fortes, lui aussi, avec Benoît Cerhexe à Woluwe-Saint-Lambert et Joël Riguelle à Berchem-Sainte-Agathe. Il obtient même une victoire très symbolique, avec un nouveau bourgmestre qui fera parler de lui à Ganshoren, en majorité avec le MR : Pierre Kompany, père de Vincent !

Notons enfin que le PTB réussit une percée à Molenbeek. Et que la N-VA ne devrait pas parvenir à brouiller les cartes comme elle l’espérait dans cette ville qui souhaite visiblement respirer.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content