Zeebruges: des officiers de police en action le long de la cote belge, janvier 2016 © Belga Image

La Belgique engagée contre le trafic de migrants dans la région de la Mer du Nord

La France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Belgique ont décidé de mettre en place une task force, à laquelle participeront les autorités judiciaires et les services d’enquête de ces pays, pour lutter contre le trafic de migrants dans les pays de la mer du Nord.

Une vingtaine de représentants des ministères publics et de services d’enquête des quatre pays, ainsi que plusieurs magistrats de liaison et des spécialistes d’Europol, se sont réunis récemment à Eurojust, à La Haye, pour une réunion opérationnelle consacrée à la lutte contre les filières d’immigration clandestine dans les pays de la mer du Nord, a indiqué jeudi l’unité de coopération judiciaire de l’Union européenne dans un communiqué.

Ceux-ci ont souligné la nécessité d’améliorer l’échange d’information entre autorités judiciaires et services d’enquête nationaux, de même qu’avec Europol, Frontex et les autorités portuaires. La facilitation des enquêtes patrimoniales, le renforcement des investigations sur les faux papiers d’identité et le développement d’opérations de surveillance transfrontalières ont aussi été citées comme priorités.

Depuis 2014, 18 dossiers relatifs à des filières d’immigration clandestine dans la région de la mer du Nord ont été ouverts à Eurojust. Neuf équipes communes d’enquête ont été mises sur pied.

En 2015, 90% des entrées du plus d’un million de migrants dans l’Union européenne ont été organisées par des passeurs. Europol estime que les profits générés par le trafic de migrants ont atteint entre 3 et 6 millions d’euros cette année-là.

Partner Content