KBC

La banque KBC accusée d’ « encourager » le découvert pour traverser l’automne

Celine Bouckaert
Celine Bouckaert Journaliste au Vif

Cette semaine, certains utilisateurs de l’appli mobile KBC se sont vu proposer un découvert de 750 euros « pour traverser les mois d’automne ». La publicité suscite l’indignation, car la banque ne mentionne pas qu’il s’agit d’un crédit facturé à plus de 9% d’intérêts.

Les utilisateurs concernés ont vu s’afficher le message suivant: « Besoin d’un budget supplémentaire pour traverser les mois d’automne ? Passez temporairement jusqu’à 750 euros en dessous de zéro sur votre compte ». Le message publicitaire ne mentionne pas que cette possibilité entraîne des frais, même si sur son site, la banque KBC stipule qu’elle applique un taux d’intérêt de 9,39 %. Certains craignent que la proposition incite les gens qui souffrent de difficultés financières  – encore aggravées par la crise énergétique – à plonger dans le rouge.

La secrétaire d’État à la protection des consommateurs Eva De Bleeker (Open VLD) entame des consultations avec le secteur bancaire au sujet du crédit à la consommation. Elle les invite à « continuer à surveiller de près la faisabilité de ce type de crédit et à évaluer tant les produits que le marketing ». La secrétaire d’État répond ainsi au tollé qui s’était élevé lundi sur les réseaux sociaux à la suite du message de KBC.

Eva De Bleeker

La banque KBC ne cache pas son embarras. Le porte-parole souligne qu’il s’agit d’un envoi général via l’application, qui est également utilisée pour de nombreux autres produits. « Il ne s’agit certainement pas de publicité ciblée. Il ne s’agissait pas non plus de faire le lien avec la crise énergétique », dit-il. Le porte-parole ajoute qu’un tel crédit à la consommation n’est utile qu’à court terme, simplement en raison du taux d’intérêt relativement élevé. « Notre message reste le suivant: contactez votre banquier si vous craignez des problèmes financiers. »

« Le client décide lui-même si et dans quel but il souhaite utiliser cette liberté financière (limitée). Tous les clients ne sont pas éligibles et KBC vérifiera dans quelle mesure ce produit correspond à la capacité financière du demandeur », ajoute la banque dans un communiqué.

Eva De Bleeker admet que KBC semble avoir respecté les règles strictes en matière de publicité autour des prêts à la consommation ici, « sous réserve d’une enquête plus approfondie de l’Inspection économique ». « En outre, il existe également la règle générale selon laquelle une banque ne peut pas accorder un crédit à la consommation qui n’est pas réalisable pour le consommateur« . La secrétaire d’État appelle les banques belges à continuer à suivre de près ces règles. (Avec Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content