photo prétexte © Getty

Traite d’êtres humains sur un chantier à Anvers: Borealis était au courant des abus depuis mai

Le Vif

L’entreprise chimique Borealis était au courant depuis mai des abus sociaux sur son chantier à Anvers, ressort-il mercredi d’une communication que la Gazet van Antwerpen a pu consulter et dont parlent également les autres journaux du groupe Mediahuis.

L’ancien auditeur du travail et ancien juge Ebe Verhaegen avait identifié des irrégularités dans l’occupation d’un travailleur ukrainien qu’il avait accueilli, et d’une cinquantaine de collègues. Il avait déposé une plainte auprès de l’inspection sociale en mai.

Ebe Verhaegen avait également, presque simultanément, informé un responsable du service RH de Borealis des irrégularités sociales sur le chantier. Il avait ensuite été promis en mai d’enquêter sur l’affaire.  Il ressort de la communication consultée par la Gazet Van Antwerpen que Borealis s’est interrogé sur l’impact que pourrait avoir, le cas échéant, l’enquête de l’inspection sociale sur le projet de construction.

Partner Content