Invasion de l’Ukraine – Londres met en garde contre un règlement revenant à « brader » l’Ukraine

(Belga) Londres a mis en garde lundi contre des négociations avec la Russie revenant à « brader » l’Ukraine, estimant que tout accord mettant fin à l’invasion russe devrait prévoir un mécanisme de retour des sanctions contre Moscou en cas de nouvelle « agression ».

« Nous savons que Poutine ne veut pas négocier sérieusement », a déclaré la cheffe de la diplomatie Liz Truss devant les députés, accusant le président russe de « bombarder des innocents » malgré la tenue de pourparlers et estimant qu’il fallait « en faire plus » pour l’arrêter. Elle a appelé à se préoccuper du « long terme »: « Nous devons veiller à ce que les futurs pourparlers n’aboutissent pas à brader l’Ukraine et à répéter les erreurs du passé », a-t-elle souligné, jugeant que les accords précédents n’avaient pas permis d’apporter à l’Ukraine « une sécurité durable ». La ministre a insisté sur la nécessité de « restaurer l’intégrité territoriale » de l’Ukraine et de « tenir le régime de Poutine responsable devant la Cour internationale de justice ». Elle a estimé que les sanctions imposées ces dernières semaines ne devaient pas être levées tant que « Poutine continue cette guerre et qu’il a des troupes en Ukraine ». « Nous devons veiller à ce que Poutine ne puisse plus jamais agir de manière aussi agressive », a ajouté Liz Truss. « Tout règlement à long terme doit inclure un mécanisme clair de sanction qui serait déclenché automatiquement en cas d’agression russe ». Londres a été le premier pays en Europe à envoyer des armes létales à l’Ukraine, avant même l’invasion russe, et a sanctionné durement la Russie depuis un mois. Le gouvernement britannique a annoncé lundi nommer un ancien juge de la Cour pénale internationale, Howard Morrison, pour conseiller l’Ukraine en vue notamment d’établir de possibles crimes de guerre commis par la Russie. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content