Invasion de l’Ukraine – Des Russes coupables de crimes de guerre dans les régions de Kiev et Kharkiv

(Belga) L’ONG Human rights watch a pu documenter plusieurs cas de violations des lois de la guerre par les forces militaires russes à l’encontre de civils dans les zones ukrainiennes occupées de Kiev, Kharkiv et Tchernihiv, indique-t-elle dimanche dans un communiqué. Elle évoque des viols répétés, des exécutions sommaires et d’autres faits de violence et menaces envers les civils entre le 27 février et la 14 mars.

L’ONG peut également confirmer des cas de spoliation de biens de civils par des militaires russes. « Les cas que nous avons documentés témoignent d’une cruauté et d’une violence indicibles et délibérées à l’encontre des civils ukrainiens », a déclaré Hugh Williamson, directeur de la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch. « Les viols, meurtres et autres actes de violence contre des personnes détenues par les forces russes devraient faire l’objet d’enquêtes en tant que crimes de guerre présumés. » Pour rappel, les lois de la guerre interdisent les homicides volontaires, les viols et autres violences sexuelles, la torture et les traitements inhumains des combattants capturés et des civils en détention. Le pillage et les saccages sont également interdits. Quiconque ordonne ou commet délibérément de tels actes, ou les aide et les encourage, est responsable de crimes de guerre. « La Russie a l’obligation légale internationale d’enquêter de manière impartiale sur les crimes de guerre présumés commis par ses soldats », a conclu Hugh Williamson. L’ONG avait également pointé précédemment de possibles crimes de guerre par les forces ukrainiennes à l’encontre de prisonniers russes. (Belga)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content