C'est surtout la nuit que la différence de température entre une ville (ici Anvers) et son environnement rural est la plus grande. © GETTY IMAGES

En Flandre, on veut faire baisser le mercure en ville

Les grandes cités de Flandre sont incitées à s’attaquer à leurs « bulles de chaleur ». Moins de surfaces goudronnées, plus de lieux ombragés pour un retour à la fraîcheur.

Que les températures soient plus élevées en ville qu’à la campagne n’est un secret pour personne. « Bienvenue » dans les îlots de chaleur urbains, ces espaces densément bâtis et peuplés soumis à des microclimats artificiels. « C’est surtout la nuit que la différence de température entre une ville et son environnement rural est la plus grande », souligne Bart Somers (Open VLD), ministre régional en charge des pouvoirs locaux, « les maisons et les rues qui ont emmagasiné la chaleur durant la journée la restituent au cours de la nuit, ce qui contrarie le rafraîchissement des lieux. » La faute notamment à des terrasses goudronnées, à une forte concentration de matériaux foncés ou de bâtiments vitrés qui font office de capteurs solaires ou de facteurs générateurs d’effet de serre. De quoi doper le mercure d’un thermomètre jusqu’à huit degrés.

Le phénomène est source de stress thermique, seniors et juniors sont les premiers à en souffrir.

Le phénomène est source de stress thermique lors des vagues de chaleur, a fortiori lorsqu’elles virent à canicule. Seniors et juniors sont les premiers à en souffrir. Aussi le gouvernement flamand veut-il encourager les grandes cités de Flandre à s’engager dans une politique réfléchie de rafraîchissement.

Décourager l’airco

Avis aux amateurs: l’appel à un renouveau urbain, lancé chaque année par le pouvoir régional et doté d’un budget d’1,2 million d’euros, est consacré en 2021 à la thématique de la gestion des îlots de chaleur urbains. Tout projet retenu par un jury indépendant pourra compter sur un soutien maximal de 500 000 euros conditionné à la réalisation du chantier en l’espace de trois ans. Le défi à relever est complexe. Il relève du travail sur mesure, nourri par une collecte et une analyse précise de données afin de mettre au point les recettes les plus adéquates possibles: aménager des endroits plus perméables ou plus ombragés, porter une attention particulière aux propriétés thermiques des matériaux utilisés, privilégier la gestion des eaux pluviales plutôt que stagnantes, favoriser l’évapo-transpiration de la végétation, stimuler la ventilation des lieux. Le tout pour un meilleur confort des habitants comme pour la sauvegarde du climat par la dissuasion à recourir à l’airco énergivore.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content