© Google street view

Deux maisons de repos du groupe Orpea dans le viseur des autorités

Le Vif

Le groupe de maisons de repos Orpéa voit à nouveau deux de ses institutions placées sous surveillance accrue, révèle De Standaard vendredi.

L’agence flamande en charge de la santé (Zorg en Gezondheid) vient d’ajouter deux résidences à sa « liste noire » des établissements où les soins sont insuffisants: Vordenstein à Schoten (province d’Anvers) et la récente De Bottelarij à Kortemark (Flandre Occidentale), qui affichent toutes deux des prix supérieurs à la moyenne.

« À De Bottelarij, il n’y avait pas de direction à temps plein et des lacunes ont été constatées dans la permanence des infirmiers. La continuité des soins n’était pas bien assurée« , indique Joris Moonens, de l’agence Zorg en Gezondheid. « A Vordenstein, la permanence des soins infirmiers n’a pas non plus été effectuée durant deux semaines. »

Deux autres établissements avaient précédemment été placés sur cette liste noire: James Ensor (Ostende) et Park Lane (Anvers). Un manque de personnel était entre autres signalé.

Selon la porte-parole d’Orpea, les problèmes à Kortemark étaient principalement d’ordre matériel et ils sont en cours de résolution. Un manque de personnel touche par contre la maison de repos de Schoten. « Mais il est très difficile de trouver du personnel. Il n’y a pas de candidats pour les postes vacants. »

Partner Content