Toujours membre du CDH, Claude Rolin a néanmoins décidé de "prendre un certain recul". © BELGAIMAGE

Des mesures plus strictes sur l’exposition aux substances carcinogènes au travail

De nouvelles règles destinées à mieux protéger les travailleurs exposés à des agents carcinogènes ou mutagènes ont été adoptées mercredi en plénière du Parlement européen à Strasbourg.

Dans le cadre de cette réforme d’une directive datant de 2004, onze substances dangereuses ont été ajoutées à la liste des produits soumis à des limites d’exposition.

Par ailleurs, des nouvelles règles imposent une étude plus approfondie des produits qui peuvent affecter la fertilité et les fonctions sexuelles. Elles forcent également les employeurs à mieux évaluer les risques d’exposition de leurs travailleurs.

L’eurodéputé belge Claude Rolin (cdH/PPE), rapporteur fictif dans ce dossier, a souligné l’importance de l’enjeu en plénière. « Chaque année entre 100.000 et 150.000 travailleurs se voient diagnostiquer un cancer d’origine professionnelle. Nous ne pouvons pas accepter que des travailleurs détruisent leur santé ou perdent leur vie en voulant la gagner », a-t-il affirmé.

Selon lui, l’accord adopté par les députés est à la fois « ambitieux », car il fixe des normes strictes, mais aussi « pragmatique », étant donné qu’il prévoit des périodes transitoires pour permettre aux entreprises de s’adapter.

Le cancer représente le principal risque pour la santé sur le lieu de travail dans l’UE. Il est à l’origine de plus de la moitié des décès dus à des maladies professionnelles dans l’Union.

La révision de la directive a été adoptée par 540 voix pour, 6 contre et 19 abstentions. Elle ne constitue cependant qu’une première étape, vu qu’une seconde phase de révision est prévue.

Partner Content