De Gelder avait le choix de renoncer à agir, affirment les parties civiles

(Belga) Kim De Gelder avait le choix de ne pas assassiner Elza Van Raemdonck et de ne pas perpétrer une tuerie à la crèche Fabeltjesland de Termonde et pourtant, il a « tué pour tuer », ont affirmé mardi matin plusieurs avocats des parties civiles. « Il savait ce qu’il faisait et a fait ce qu’il voulait », ont-ils souligné, reprenant les termes des experts-psychiatres.

« Ce n’est pas un dément, son trouble ne lui a pas enlevé toute faculté de penser, il est en état de fonctionner », a assuré Raphaël Van Roeyen, qui représente des membres de la famille d’Elza Van Raemdonck. « Il a commis des faits innommables et je suis personnellement convaincu qu’il en est coupable », a-t-il poursuivi, exhortant le jury à condamner Kim De Gelder. « Vous êtes les représentants du peuple, vous prenez une décision au nom de la société, vous devez le déclarer coupable de ses actes. » Après qu’Eline Delasorte eut dressé un portrait des « tantekes » (puéricultrices) Marita, poignardée à mort par Kim De Gelder, et Rita, grièvement blessée, Filip Van Hende a expliqué pendant près d’une heure et demie au jury pourquoi il faut selon lui qu’il déclare l’accusé coupable. « C’est la première question qui vous sera posée, et si vous répondez ‘oui’, vous reconnaîtrez que Kim De Gelder est responsable de ses actes. » (MUA)

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content