Carlo di Antonio © Belga

Contrats-programmes : 11 000 euros de plus pour le Dour Festival qui affiche un bénéfice de 1 046 102 euros…

Nicolas De Decker
Nicolas De Decker Journaliste au Vif

Pauvre Alda Greoli ! Son travail, titanesque, de « remise à plat » des subventions à la création artistique a suscité la colère de ceux qui ne figurent pas parmi les 236 contrats-programmes (il y a 42 nouveaux venus), mais aussi de ceux qui espéraient en être, mais qui attendaient surtout de recevoir davantage pour les exercices 2018 – 2022.

Une remise à plat transparente, et opérée, en dernière instance, par le cabinet de la ministre CDH,  » selon des critères harmonisés, notamment en matière d’emploi, de création artistique et de gestion « . Parmi les heureux bénéficiaires d’un subside légèrement augmenté, l’asbl Go Go Go, qui recevra désormais 110 000 euros contre 99 000 euros en 2016.

Cet  » opérateur de musique non classique  » organise le Dour Festival. Un soutien bienvenu pour une association dont la société anonyme, Dour Music Festival, affichait un bénéfice à ce même exercice 2016 de 1 046 102 euros. Et dont un fondateur et actionnaire, Carlo Di Antonio (CDH aussi, photo), siège dans le même gouvernement, wallon celui-là, qu’Alda Greoli.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content