© iStock

Bilan noir pour parc automobile vert

Le Vif

En 2014, le gouvernement s’était engagé à verdir son parc automobile. Et donc d’acquérir, de préférence, des véhicules électriques, hybrides ou à propulsion GNC (gaz naturel comprimé) pour tous les services publics fédéraux et institutions fédérales.

Quatre ans plus tard, les efforts sont chiches dans le chef du ministère censé montrer l’exemple : celui de la Mobilité et des Transports. Son titulaire, François Bellot (MR), vient de donner les chiffres de l’évolution des carburants. Entre 2013 et 2017, les véhicules Diesel sont passés de 150 (92 %) à 109 (78,40 %). Ceux à essence ont même progressé, de 12 (7,40 %) à 16 (11,50 %). En 2013, il y avait un véhicule hybride (0,60 %) contre 12 (8,60 %), quatre ans plus tard. Aucun véhicule GNC en 2013, contre deux en 2017. Par contre, il n’y a toujours aucun véhicule électrique ni aucun autre, alimenté au LPG, en 2017, au SPF Mobilité. Explication de François Bellot :  » Les moyens budgétaires détermineront la vitesse à laquelle le verdissement du parc automobile sera mis en oeuvre.  »

M. La.

Partner Content