Le 8 mai deviendra-t-il un jour de congé? © GETTY

Avec un jour férié de plus, les Belges seraient-ils mieux lotis que les autres ? (infographie)

Benjamin Hermann Journaliste au Vif

Une proposition de loi vient d’être introduite par le PTB pour faire du 8 mai un jour férié en Belgique. Petit tour d’horizon du nombre de congés payés et de jours fériés dont jouissent les travailleurs en Europe. Les Belges ne figurent pas particulièrement dans le haut du classement…

La proposition de loi vient d’être déposée par le député fédéral Peter Mertens (PTB) à la Chambre. L’idée consiste à faire à nouveau du 8 mai un jour férié légal en Belgique, pour commémorer la date de la capitulation de l’Allemagne nazie, en 1945.

Le 8 mai symbolise depuis lors la lutte contre le fascisme. C’est d’ailleurs un jour férié dans d’autres pays, comme en France. Il le fut en en Belgique aussi, jusqu’à ce que le gouvernement décide de le supprimer en 1983 pour des raisons essentiellement économiques. La loi du 4 janvier 1974 relative aux jours fériés fixe à dix par an le nombre de jours fériés durant lesquels « le travailleur ne peut pas être occupé à travailler ». Mais le texte permet d’en augmenter le nombre, rappelle le parti de gauche.

Le PTB a souvent formulé ce vœu et le traduit désormais dans une proposition de loi. Faire du 8 mai un jour férié est une demande parfois exprimée au sein de la société civile ou par des syndicats. En Région bruxelloise, voici quelques jours, le souhait a été émis à travers une résolution des partis de la majorité d’en faire un jour férié payé.

Un jour supplémentaire?

Au fédéral, la proposition de loi du parti de gauche n’a peut-être guère de chances d’aboutir. Mais si elle devait même se concrétiser, la Belgique ne ferait pas particulièrement partie des pays européens comptant le plus de jours fériés. La base, chez nous, est de dix jours : 1er janvier, lundi de Pâques, 1er Mai, Ascension, lundi de Pentecôte, 21 Juillet, Assomption, Toussaint, 11 Novembre et jour de Noël. D’autres jours s’y ajoutent, dans certaines situation, à l’instar de la Fête du roi dans les services publics fédéraux ou des fêtes des Communautés.

En imaginant un onzième jour férié chômé, la Belgique ne dépasserait pas la moyenne européenne, comme en témoignent les données que Le Vif a consultées auprès d’un rapport établi par l’OCDE en 2020 et sur le site d’Eures, le réseau européen des services de l’emploi.

Chaque pays a ses particularités

Si on accumule les congés payés et les fériés, la Belgique figure même en bas de classement. Ce données doivent cependant être interprétées avec une certaine précaution, puisque chaque pays a ses spécificités en la matière.  

Des conventions collectives de travail peuvent augmenter le nombre de congés payés, des régimes particuliers de congés spéciaux ou parentaux peuvent éventuellement s’y ajouter. Le Royaume-Uni figure en tête de classement, mais les  8 jours fériés ne sont pas nécessairement chômés (il appartient à l’employeur de les inclure ou non dans les congés). En Allemagne, par exemple, des jours fériés propres aux Länder peuvent s’ajouter à la liste. En Estonie, on compte 28 jours, mais qui sont calendaires, c’est-à-dire qu’ils incluent quatre samedis et quatre dimanche. Dans certains pays, comme en Belgique, on récupère des fériés qui tombent un dimanche, alors que ce n’est pas le cas dans d’autre. D’autres spécificités pourraient être citées.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content