Réouverture et gros défi déjà pour le complexe cinématographique bruxellois. © HATIM KAGHAT

Au cinéma Palace de Bruxelles, l’espoir en étendard

Louis Danvers
Louis Danvers Journaliste cinéma

Ce 28 février, le Palace ouvre ses portes. Avec de grands espoirs. Il faudrait, en effet, au nouveau complexe cinématographique bruxellois du centre-ville une base annuelle de 110 000 spectateurs pour assurer sa viabilité en termes de revenus propres.

Donc, 90 000 à 95 000 cette année, amputée de deux mois déjà. C’est du moins l’objectif ambitieux affiché par Olivier Rey, pilote du projet depuis 2012, et qui compte sur une politique tarifaire attrayante et démocratique (entre 6 et 8,75 euros la place) pour inscrire le Palace et ses quatre salles (la plus grande compte 373 sièges) dans la réalité socio-économique bruxelloise.

Des synergies avec d’autres cinémas d’art et essai sont espérées pour créer l’indispensable dynamique. Certains observateurs et aussi… concurrents estiment, quant à eux, qu’il faudra bien plus de tickets vendus pour équilibrer les choses : en 2017, dans le même périmètre, l’Aventure a ainsi accueilli 72 000 spectateurs (hors événements) et le Galeries, 54 000.

Partner Content