photo archives

Actions syndicales pour une hausse du pouvoir d’achat: « Aller travailler nous coûte trop cher »

Le Vif

Les syndicats mèneront ce vendredi des actions régionales en préambule de la manifestation nationale en front commun programmée le 20 juin. A Charleroi et Liège notamment, la FGTB et la CSC réclameront une augmentation des salaires, une baisse des prix de l’énergie, un meilleur remboursement des frais de déplacement et une hausse du pouvoir d’achat de manière générale. La CGSLB ne prendra pas part aux actions en Wallonie mais couvrira les militants qui y participeront.

Les représentants des travailleurs se sont déjà mobilisés fin avril pour de meilleurs salaires et pour rappeler leur opposition à la loi de 1996 sur la formation des salaires, accusée de « verrouiller » le pouvoir d’achat dans un contexte d’inflation galopante et de prix de l’énergie exorbitants. Une manifestation nationale en front commun a déjà été annoncée pour le lundi 20 juin.

   Ce vendredi, la CSC et la FGTB mèneront de nouvelles actions régionales pour soutenir une hausse du pouvoir d’achat. Les syndicats dénoncent le refus de la fédération patronale FEB d’améliorer le remboursement des frais de déplacement « alors que la moitié des entreprises cotées en bourse ont augmenté leurs dividendes » l’année dernière. Ils demandent des remboursements qui tiennent réellement compte de l’augmentation des prix du carburant, pas un « forfait symbolique ». « Aller travailler nous coûte trop cher », résument-ils.

   Les syndicats considèrent insuffisante l’enveloppe prévue par le gouvernement pour soulager le budget « carburant » de ceux qui doivent utiliser leur voiture pour se rendre au travail.

   La FGTB et la CSC mèneront notamment une action coup de poing devant l’entreprise Total Energies installée à Marchienne-au-Pont (Charleroi), considérée par les syndicats comme symbole « de lobbying, de répartition inégale du gâteau entre actionnaires et travailleurs et de hausse des prix de l’énergie ».

Action coup de poing devant le site TotalEnergies à Charleroi
Plusieurs centaines de travailleurs se sont rassemblés vendredi matin dès 6h30 devant la centrale électrique exploitée par l’entreprise TotalEnergies à Marchienne-au-Pont.

Sur place, les syndicats ont bloqué l’entrée du site et ont déployé plusieurs messages faisant référence à leurs revendications en faveur d’une modification de la loi de 1996 qui encadre l’évolution des salaires, d’une baisse des prix de l’énergie, du remboursement des frais de déplacement, d’une augmentation du pouvoir d’achat ou encore de la liberté d’action collective.
Action coup de poing de la FGTB et de la CSC devant l’entreprise Total Energies installée à Marchienne-au-Pont.

   En menant une action devant le site de TotalEnergies, les syndicats ont choisi une entreprise « symbole de lobbying, de répartition inégale du gâteau entre actionnaires et travailleurs et de hausse des prix de l’énergie ».
   L’action de vendredi s’inscrit dans un programme syndical plus large dont un des prochains rendez-vous est la manifestation nationale organisée à Bruxelles le 20 juin prochain.

   A Liège, les militants se réuniront en matinée boulevard Saucy et rejoindront la place Saint-Lambert. Un rassemblement aura également lieu devant l’hôtel de ville d’Arlon tandis qu’un cortège sillonnera les rues de La Louvière.

   En Flandre, des actions sont prévues à Courtrai, Hasselt ainsi que Louvain.

   Ces événements auront des conséquences dans plusieurs secteurs. Des perturbations sont entre autres attendues sur le réseau TEC avec la suppression de certains parcours. La société de transport flamande De Lijn annonce également un impact sur le fonctionnement de son réseau, tandis que la Stib et la SNCB ne prévoient pas de perturbations.

   Des recyparcs seront aussi fermés, dont une dizaine dans le Brabant wallon.

Partner Content