Les abattoirs d'Anderlecht sont les derniers de Belgique où peut se pratiquer l'abattage des animaux sans étourdissement préalable. Pour combien de temps encore? © belga image

Abattage sans étourdissement: l’issue du ou des votes demeure incertaine

Le Vif

Au matin de l’atterrissage en séance plénière parlementaire du sensible dossier de l’abattage des animaux en Région bruxelloise, le flou subsiste quant à la voie qui sera empruntée par les députés bruxellois tant l’indécision domine au sein de plusieurs groupes politiques francophones.

Sans connaître la pratique qui sera réservée aux animaux dans les mois à venir, l‘étourdissement pourrait être l’option stratégique choisie par certains élus francophones en se portant absents au moment du vote prévu ce vendredi en milieu d’après-midi.

Mardi dernier, la commission des Affaires intérieures du parlement bruxellois a rejeté par 6 voix « pour », 6 voix « contre » et 3 abstentions la proposition de résolution de DéFI, Groen et l’Open VLD, groupes de la majorité, visant à interdire l’abattage sens étourdissement. Ces trois formations ont été rejointes par le MR et la N-VA pour soutenir le texte. Tout le contraire du PS (majorité) et du PTB qui l’ont rejeté. Ecolo (majorité) s’est abstenu, comme les Engagés.

Le vote est intervenu non sans l’influence d’une stratégie de siège, plusieurs membres de la commission étant remplacés par leur chef de groupe en fonction de l’objectif poursuivi.

Les « conclusions de la commission tendant au rejet du texte » (ndlr: de DéFI, de Groen et de l’Open Vld) seront soumises au vote en séance plénière, vendredi après-midi. Cela devrait donner lieu à une nouvelle partie de stratego, parce que la discipline de groupe ne sera suivie que de façon très variable, surtout du côté francophone.

Le poids de la conscience individuelle

Habituellement, ce type de vote s’apparente à une formalité, mais la conscience individuelle de chaque député pèsera davantage qu’à l’accoutumée. En cas de refus majoritaire des conclusions de la commission, la séance plénière doit se prononcer sur le contenu de la proposition (articles et amendements).

Du côté néerlandophone, il y a une tendance lourde à rejeter le rapport: 12 des 17 députés de ce rôle linguistique (Groen, Open Vld, N-VA, CD&V et Vlaams Belang). Pepijn Kennis d’Agora pourrait les rejoindre, a-t-il déclaré jeudi à l’agence Belga.

Jan Busselen (PVDA) et deux des trois membres de one.brussels approuveront le rapport tendant au rejet de la proposition, tandis qu’Els Rochette, interrogée jeudi, n’a pas voulu dire comment elle voterait.

Du côté francophone, les choses sont beaucoup plus complexes. Les membres d’Ecolo voteront selon leur conscience ce qui pourra donner lieu à un vote dispersé sans grand écart pour autant à l’échelle du groupe. Le vote au sein du groupe PS en faveur des conclusions de rejet de la proposition sera majoritaire mais pas unanime comme certains l’avaient espéré au sommet de la Fédération. Julien Uyttendaele a annoncé jeudi soir qu’il soutiendrait la proposition DéFI-Groen-Open Vld.

Chez DéFI, une large majorité du groupe soutiendra franchement la proposition d’ordonnance, qu’il y ait un ou deux votes.

Il est également est probable que, même au sein du MR, largement favorable à la proposition d’ordonnance, le vote ne soit pas unanime. Symptôme de suspens ambiant: aucun des députés interrogés jeudi ne se risquait à un pronostic et tous s’attendent à un résultat serré.

Partner Content