© Jean-Marc Quinet/ISOPIX

A rebours de la Wallonie, la FWB appliquera modérément le principe du « budget base zéro »

Mantra du ministre libéral wallon du Budget Jean-Luc Crucke, le principe de « budget base zéro » que l’arc-en-ciel wallon compte dorénavant adopter pour la confection de ses prochains budgets sera utilisé avec beaucoup moins d’application par l’arc-en-ciel fédératif, a laissé entendre lundi le ministre du Budget de la FWB, Frédéric Daerden (PS).

Se voulant plus rigoureuse, cette technique budgétaire -appelée BB0 par les intimes- consiste à vérifier chaque dépense et la justifier à la lumière d’un besoin bien identifié. Elle contraste avec la procédure budgétaire classique où le budget est généralement établi à partir de celui de l’année précédente.

Interrogé lundi en commission du Parlement de la FWB par le député MR Yves Evrard pour savoir s’il comptait lui aussi appliquer cette technique budgétaire, le ministre Daerden a jugé qu’elle était peu adaptée au budget de la Fédération. « Dans leurs structures, les budgets wallon et de la Fédération sont très différents, tant au niveau des recettes que des dépenses », a justifié le ministre socialiste.

Devant les députés, il a rappelé que les recettes de l’entité étaient déterminée par la loi spéciale de financement, sans grande marge de manoeuvre. Côté dépenses, la moitié du budget de la Fédération sert à payer les salaires des quelque 120.000 enseignants que compte la Fédération. Un quart du budget finance, lui, l’application de décrets votés par le Parlement, ce qui ne laisse aucune marge de manoeuvre au gouvernement.

Le principe BB0 ne pourra alors être utilisé que pour une petite partie du budget de la Fédération, à savoir les dépenses du ministère de la Fédération, les dépenses facultatives, ou encore les budgets des différents OIP (organismes d’intérêt public, ndlr) qui relèvent de la FWB, comme la RTBF ou l’ONE par exemple, a souligné M. Daerden.

Interrogé également par Pierre-Yves Lux (Ecolo) sur la portée d’une récente interview à la presse où il avait dit vouloir « screener les budgets des petites asbl » financées par la FWB, le ministre a dit vouloir s’assurer qu’il n’y avait en réalité « aucune dérive » au sein de ces institutions, et veiller à ce qu’elles soient traitées « avec la même rigueur » que celle appliquée aux budgets des grandes administrations de la FWB. « Mais il n’y a pas d’objectif de couper de manière aveugle dans les budgets des petites, moyennes et grandes asbl », a-t-il assuré.

Le gouvernement de la Fédération a approuvé fin décembre un budget 2020 dit « technique », pour se conformer au respect du calendrier budgétaire européen. Un ajustement du budget 2020 plus « politique » est annoncé pour le printemps. Un conclave ministériel est déjà prévu début avril à cet effet.

Partner Content