Van Mossel Automotive Group distribue 24 marques dans notre pays. © National

La croissance explosive de Van Mossel Automotive, plus grand groupe automobile belge

Le Vif

En quatre ans, le groupe néerlandais Van Mossel Automotive est devenu le plus grand groupe automobile de notre pays. Cette croissance explosive coïncide avec l’arrivée de Koen Claesen. En tant que PDG, il est à la fois le premier point de contact et celui qui a le dernier mot chez Van Mossel Belux.

«En tant que PDG et porte-parole de Van Mossel Automotive Belux, je trouve normal que le numéro de mon téléphone portable figure sur le site web et que mes collaborateurs et clients puissent me joindre à toute heure de la journée. Ainsi, je sais personnellement ce qui les préoccupe, quelles sont leurs attentes et où moi ou un collègue ne sommes pas à la hauteur à leurs yeux. Ces conversations personnelles sont très éclairantes et instructives car j’essaie toujours de donner moi-même le bon exemple, d’être une source d’inspiration − Lead by Example. Les bons résultats ne viennent pas spontanément. C’est une question de confiance, de susciter le respect et de gérer et motiver les employés. Vous y parvenez en retroussant vous-même vos manches et en étant accessible. Une communication ouverte et honnête entre nous constitue la base et fait partie des valeurs fondamentales de notre entreprise. » La parole est à Koen Claesen (43 ans), marié et père de deux jeunes enfants, CEO de Van Mossel en Belgique et au Luxembourg depuis janvier 2019.

© National

Devenir soi-même entrepreneur

L’entreprise automobile néerlandaise n’était pas étrangère à Claesen. De 2013 à 2019, en sa qualité d’associé d’Ernst & Young (EY), il a conseillé la direction de Van Mossel pour préparer son entrée sur le marché belge. Il savait donc à quoi s’attendre lorsque le dirigeant Eric Berkhof lui a proposé de devenir PDG de Van Mossel Belux. «La décision de quitter EY n’a pas été facile à prendre, mais la volonté de devenir moi-même entrepreneur a été le facteur décisif.»

Quatre ans plus tard, Claesen peut se féliciter d’un parcours fructueux. «En un rien de temps, Van Mossel est devenu le plus grand groupe automobile du pays et est présent dans toutes les grandes villes de Flandre, avec une ou plusieurs marques. Pour chacune de ces marques, nous visons une part de marché de 15% ; pour un certain nombre d’entre elles, ce but a déjà été atteint. L’objectif de bénéfice du groupe pour 2022 est de 110 millions d’euros.»

One-stop shop

«Aujourd’hui, Van Mossel Belux compte 1.765 employés, plus de 100 concessionnaires, 12 ateliers de carrosserie et six sociétés de leasing, et nous distribuons 24 marques, d’Abarth à Suzuki. Nous nous efforçons d’être le fournisseur de solutions de mobilité le plus recommandé, au sens le plus large du terme. Chez nous, le client trouve tout sous un même toit. Van Mossel est unique en son genre avec son statut de one-stop shop. Nous fournissons tous les services nous-mêmes et ne faisons pas appel à des partenaires extérieurs. Lors de nos acquisitions, nous avons adopté une approche stratégique et formé des groupes régionaux de marques et d’activités. Ainsi, un client qui habite à Hasselt peut venir chez Van Mossel pour l’entretien de sa voiture dans la ville où il travaille. Ces clusters nous permettent également d’organiser plus efficacement les opérations de back-office, réduisant ainsi nos coûts de personnel et de gestion. Les économies d’échelle rendent ceci possible. Pour y parvenir, vous avez besoin du soutien d’actionnaires aux reins solides ayant une vision à long terme. Pour les petites entreprises familiales, ce n’est plus possible. Ils ont connu l’âge d’or mais ne sont désormais plus rentables. L’électrification exige un modèle de recettes entièrement nouveau pour un concessionnaire. Les coûts de restructuration sont très élevés, et des compétences supplémentaires sont requises du personnel. Les mécaniciens automobiles doivent être reconvertis en électro-mécaniciens, les vendeurs doivent apprendre à gérer les médias sociaux et l’évolution rapide du comportement d’achat des particuliers. La jeune génération vit à court terme et opte de plus en plus pour le private lease… 275 euros par mois, tout compris! Sans avoir à se soucier de la valeur résiduelle, ce risque étant supporté par notre société de leasing. Le marché automobile belge se distingue également des autres en raison de la forte proportion de «voitures salaire». Dans notre cas, les ventes B2B représentent 70% de notre chiffre d’affaires. Là encore, traiter avec les clients B2B nécessite une approche spécifique. Van Mossel investit donc beaucoup de temps et d’argent dans la formation continue. Désormais, nous devons consolider notre position de leader et nous concentrer sur des projets durables, qui augmentent la satisfaction de nos clients et la motivation de nos employés. Une équipe est aussi forte que son élément le plus faible.»

Van Mossel propose tous les services sous un même toit.
Van Mossel propose tous les services sous un même toit. © National

Le salon de l’Auto de Bruxelles approche. Koen Claesen y voit-il une opportunité?

«Bien sûr, c’est une bonne nouvelle. Enfin! Je suis ennuyé par le fait que la voiture soit constamment dépeinte sous un jour négatif. J’espère que le Salon apportera un changement. Quant aux importateurs des marques, je m’attends à ce qu’ils fassent tout leur possible pour stimuler les ventes privées. Comme Van Mossel, nous continuons à informer les acheteurs potentiels de manière objective sur l’offre qui répond le mieux à leur profil de mobilité. En tant que groupe automobile, nous vendons 24 marques, mais nous ne sommes redevables à aucune d’entre elles. Van Mossel est du côté du client!

Le CEO, Koen Claesen.
Le CEO, Koen Claesen. © National

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content