Pour le linguiste et psychologue expérimental américain Steven Pinker, l'humain est un être aux multiples visages. D'une part, il est capable d'étudier le fonctionnement de son propre cerveau, il peut calculer que l'univers est né d'un big bang il y a quelque 13,7 milliards d'années et les fondements de la vie ont peu de secrets pour lui. D'autre part, les gens croient en masse en un dieu, adhèrent aux théories de conspiration les plus folles et semblent épris de fake news. "Nous sommes à la fois rationnels et irrationnels", dit-il en parlant de son dernier livre, "et c'est à nous de faire le bon choix."
...

Pour le linguiste et psychologue expérimental américain Steven Pinker, l'humain est un être aux multiples visages. D'une part, il est capable d'étudier le fonctionnement de son propre cerveau, il peut calculer que l'univers est né d'un big bang il y a quelque 13,7 milliards d'années et les fondements de la vie ont peu de secrets pour lui. D'autre part, les gens croient en masse en un dieu, adhèrent aux théories de conspiration les plus folles et semblent épris de fake news. "Nous sommes à la fois rationnels et irrationnels", dit-il en parlant de son dernier livre, "et c'est à nous de faire le bon choix."Tout comme dans ses deux ouvrages précédents, il se révèle dans Rationality un penseur optimiste quant à l'avenir. Il identifie et analyse un certain nombre de sophismes, explique comment les probabilités, la théorie des jeux et la théorie de l'argumentation nous permettent de mieux comprendre ce qu'est exactement la rationalité, et affirme sans équivoque que nous progressons. Et ce, à un moment où son pays, avec son mouvement anti-vax au succès grandissant, ne semble pas un parangon de pensée rationnelle. "Il faut faire la distinction entre ce que les gens pensent de leur environnement immédiat et du monde qui les entoure", explique Pinker. "C'est pourquoi les antivax n'ont pas une famille dysfonctionnelle, ont un emploi et des amis. Et cela n'a rien d'anormal. À petite échelle, les gens sont souvent plus rationnels qu'ils ne le pensent. Si ce n'était pas le cas, l'homme n'aurait jamais pu se répandre sur toute la terre. Si l'on trouve des êtres humains de la forêt tropicale brésilienne aux côtes du Groenland, c'est grâce à leur capacité à comprendre rationnellement leur environnement et à le modeler à leur guise. Où que nous allions, nous étions capables de fabriquer des outils pour rester en vie et d'extraire des extraits de plantes pour soigner nos maux. Ce que les antivax ne font pas, c'est appliquer leur rationalité à des questions plus abstraites, comme la science et la médecine. Ils retombent alors dans les vieux réflexes de peur, de superstition et de résistance irrationnelle."Est-il possible de convaincre les antivax par des moyens rationnels ?Steven Pinker: Certains le font, je pense. Ils voient que des personnes qui refusent le vaccin tombent malades ou finissent par mourir. Il arrive aussi que quelqu'un qu'ils admirent change de camp et qu'ils le suivent. L'influence de la famille et des amis est également un facteur déterminant. Reste à savoir dans quelle mesure tout cela est rationnel, bien sûr. Et certaines personnes réagissent exactement à l'inverse. Elles seront confortées dans leur opinion irrationnelle et la garderont jusqu'à leur mort à l'hôpital.Mais cela ne veut pas dire que nous devons tous suivre le consensus existant comme des moutons. Il est du devoir de tout être humain de rester vigilant et de remettre en question les vérités existantes. La connaissance et la science ne peuvent progresser que si nous restons méfiants à l'égard des idées existantes. Chaque loi scientifique remplace une loi plus ancienne et erronée. C'est ainsi que fonctionne la science. De plus, les scientifiques ne sont que des êtres humains qui, parfois, ne tiennent pas compte des preuves pour des raisons purement idéologiques. La gauche, en particulier, a fait une gaffe dans ce domaine ces dernières années, en rendant taboues certaines questions ou idées à l'université. Lorsqu'une institution scientifique restreint la liberté d'opinion, elle sape sa propre crédibilité.Devrions-nous nous inquiéter de telles choses ? L'irrationalité est-elle en train de gagner ?Évidemment, la cancel culture n'est pas un signe de rationalité, mais en conclure immédiatement que l'irrationalité augmente, c'est aller un peu loin. J'évite toujours de tirer des conclusions sur des tendances plus larges sur la base d'un instantané. Sommes-nous aujourd'hui plus irrationnels qu'il y a un siècle, lorsque beaucoup plus de gens croyaient aux dieux et aux miracles ? J'oserais en douter. Certains disent qu'aujourd'hui nous sommes submergés par les théories du complot. Mais en a-t-il jamais été autrement ? Les gens ont toujours exprimé des théories du complot parce qu'ils ont tout simplement toujours eu peur d'en être la victime.Le monde a peut-être beaucoup changé en peu de temps, mais l'homme reste le même à bien des égards. C'est peut-être la raison pour laquelle, malgré nos progrès en matière de science et de technologie, nous sommes toujours aussi irrationnels. Les gens ont tendance à se considérer et à considérer leurs idées comme la vérité et à chercher la confirmation autour d'eux. Ceux qui disent le contraire sont donc des ignorants. C'est pourquoi nous n'avons pas besoin de compter sur les individus pour promouvoir la rationalité. Ce n'est pas parce que vous mettez un groupe de personnes rationnelles dans une pièce que ce qu'elles décident sera rationnel. Nous avons besoin d'institutions, de normes et de mécanismes qui garantissent la critique, la vérification des faits et l'accumulation des connaissances. La rationalité n'est pas automatique.Les personnes rationnelles sont-elles plus intelligentes que les personnes irrationnelles ?Des recherches ont été menées à ce sujet et ont montré qu'en moyenne, c'était le cas bien que cela ne signifie évidemment pas que tous les anti-vax sont des imbéciles. Le prétendre serait en soi non scientifique et irrationnel.La rationalité est-elle une question d'éducation ?Pas vraiment, on ne peut pas apprendre à être rationnel. C'est quelque chose d'intuitif. Mais lorsqu'il s'agit d'histoire, de science ou d'économie, vous ne pouvez pas vous fier à cette intuition. Il faut comprendre la logique et les probabilités. C'est là que l'éducation est utile.Que faites-vous de la rationalité politique ? Un homme politique libertaire n'est-il pas tout aussi rationnel qu'un homme politique communautariste, même s'ils arrivent à des conclusions très différentes ? Ou bien y a-t-il alors deux formes de rationalité à l'oeuvre ?J'oserais douter qu'un anarchiste ou un libertaire extrême soit vraiment rationnel. Il existe de nombreuses situations où il est préférable de travailler avec quelqu'un pour atteindre un objectif qu'on ne pourrait jamais atteindre seul. La voie la plus rationnelle est souvent une voie pragmatique, où chacun sacrifie un certain degré de liberté pour obtenir un meilleur résultat. La législation sur les armes à feu en est un bon exemple. Le monde ne deviendra pas un endroit plus agréable si nous nous promenons tous avec des armes. C'est également le principe qui sous-tend tout gouvernement. Vous donnez quelque chose et vous recevez quelque chose en retour. Vous renoncez à votre droit de mentir, de tricher et d'utiliser la violence pour recevoir la sécurité en retour. Les penseurs libertariens affirment que les gouvernements sont constitués d'acteurs rationnels imparfaits qui font parfois passer leurs propres intérêts avant les intérêts généraux, et que leurs activités doivent donc être étroitement surveillées à tout moment. Et ils ont, bien sûr, raison à cent pour cent à ce sujet. Je ne voudrais donc pas supprimer le mouvement libertaire. Il a son utilité.La rationalité est-elle de gauche ?Non, la rationalité est simplement la voix de la raison, et le populisme irrationnel est également monnaie courante à gauche. Il a côtoyé le communisme soviétique et le maoïsme, et aujourd'hui, lorsqu'elle cherche les causes du covid-19, elle exclut a priori certaines recherches. Par exemple, un chercheur a été licencié pour avoir suggéré que le virus s'était échappé d'un laboratoire chinois. Des études ont également été menées sur ce sujet, et elles montrent que la gauche et la droite sont tout aussi partiales lorsque leurs idées politiques vont à l'encontre de la rationalité. La rationalité n'a donc pas de couleur politique.La rationalité ne peut-elle pas devenir une prison ? Plus nos connaissances se développent, par exemple dans le domaine de la politique efficace basée sur la psychologie, ou de manière plus fondamentale dans le domaine de notre santé, plus notre liberté se réduit, car les comportements irrationnels sont rejetés.Je pense qu'il y a encore moyen de sortir du rang, et c'est nécessaire. Une vie sans risque n'est pas une vie. Nous savons également que conduire une voiture est dangereux, ou simplement sortir, mais cela ne signifie pas que nous devons rester à la maison. De plus, le savoir n'est jamais définitif, il serait donc irrationnel de laisser l'état actuel des connaissances déterminer nos vies. Nos connaissances ne doivent pas devenir une autorité. Dans les années 1970, il a été scientifiquement prouvé que les oeufs, les noix et les crustacés étaient mauvais pour la santé. Nous savons maintenant que ce n'est pas le cas et que les personnes qui ont modifié leur régime alimentaire à l'époque l'ont fait pour rien.Dans l'ouvrage La dialectique de la raison (1944), Max Horkheimer et Theodor Adorno mettent en garde contre la transformation de la rationalité en raison instrumentale. Si on lui laisse liberté totale, la raison perd son humanité et peut conduire à un anéantissement quasi mathématique. Devons-nous être prudents ?C'est complètement absurde, si vous voulez mon avis. Le nazisme n'était pas rationnel. Si c'était le cas, Horkheimer et Adorno affirmeraient en fait que les nazis avaient raison. Et il est clair que ce n'était pas le cas. L'éthique ne tombe pas du ciel. Il existe une base rationnelle pour ce que nous pensons être bien ou mal. Le philosophe écossais David Hume soutenait que l'éthique est arbitraire, une simple convention, et que des éthiques différentes peuvent exister dans d'autres endroits de la planète. Emmanuel Kant a répondu que si un homme peut choisir entre une vie heureuse et saine dans la prospérité et une vie malheureuse et malsaine dans la pauvreté, il optera toujours pour la première option. Pour vivre cette vie, nous dépendons du comportement des autres. S'ils ne nous permettent pas de le faire, nous ne réussirons pas. Nous attendons d'eux qu'ils garantissent notre intégrité, nous devons donc faire de même avec la leur. C'est la base rationnelle de la loi éthique de Kant, qui stipule qu'un comportement n'est admissible que s'il correspond à une loi éthique générale. Si vous ne pouvez pas m'emprisonner et me tuer sans raison, je ne peux pas vous faire la même chose. En outre, tout argument qui s'oppose à la rationalité commet l'erreur de saper sa propre crédibilité. Un tel argument ne peut être qu'irrationnel, et pourquoi voudrions-nous perdre notre temps?