Le train a embarqué deux passagers, des salariés de Virgin Hyperloop, qui ont parcouru dimanche, sur une piste d'essai, 500 mètres à 15 secondes, atteignant 172 km/h, selon un communiqué de la société.

Le système Hyperloop, que Virgin n'est pas le seul à développer, fait léviter des capsules ("pods" en anglais) pouvant aller de 1.000 à 1.200 km/h.

Elles se succéderaient à grande cadence dans des tubes à basse pression posés sur des pylônes.

Ce concept d'Hyperloop a été lancé en 2013 par le milliardaire Elon Musk, patron du fabricant de voitures électriques Tesla et de l'entreprise d'exploration spatiale SpaceX.

Virgin
© Virgin

Mais d'autres start-up se son engouffrées dans la brèche avec notamment outre Virgin, l'américaine Hyperloop Transportation Technologies (HyperloopTT ou HTT) et la canadienne TransPod.

Virgin Hyperloop a été fondée en 2014 à Los Angeles sous le nom d'Hyperloop Technologies, avant d'être rebaptisé en 2017 avec l'arrivée au capital du milliardaire britannique Richard Branson. La SNCF et l'opérateur portuaire émirati DP World font également partie des actionnaires.

L'objectif de l'entreprise est une mise en service de son train "au milieu des années 2020".

Le train a embarqué deux passagers, des salariés de Virgin Hyperloop, qui ont parcouru dimanche, sur une piste d'essai, 500 mètres à 15 secondes, atteignant 172 km/h, selon un communiqué de la société. Le système Hyperloop, que Virgin n'est pas le seul à développer, fait léviter des capsules ("pods" en anglais) pouvant aller de 1.000 à 1.200 km/h. Elles se succéderaient à grande cadence dans des tubes à basse pression posés sur des pylônes. Ce concept d'Hyperloop a été lancé en 2013 par le milliardaire Elon Musk, patron du fabricant de voitures électriques Tesla et de l'entreprise d'exploration spatiale SpaceX. Mais d'autres start-up se son engouffrées dans la brèche avec notamment outre Virgin, l'américaine Hyperloop Transportation Technologies (HyperloopTT ou HTT) et la canadienne TransPod. Virgin Hyperloop a été fondée en 2014 à Los Angeles sous le nom d'Hyperloop Technologies, avant d'être rebaptisé en 2017 avec l'arrivée au capital du milliardaire britannique Richard Branson. La SNCF et l'opérateur portuaire émirati DP World font également partie des actionnaires. L'objectif de l'entreprise est une mise en service de son train "au milieu des années 2020".