Depuis la semaine dernière, le microbiologiste Herman Goossens (UZA) est l'un des principaux scientifiques européens dans la lutte contre le coronavirus. Il est coordinateur du projet européen RECOVER, qui réunit les meilleurs scientifiques européens pour suivre la crise des coronavirus de manière aussi détaillée que possible. Il dispose d'un budget de 5 millions d'euros.

Tout sera étudié. Ce qui se passe dans les hôpitaux, dans les soins de santé primaires, dans les familles, auprès de prestataires de soins, avec les patients et les personnes en quarantaine. Comment le virus évolue, quels sont les médicaments qui ont un effet et comment peut-on établir des diagnostics meilleurs et plus rapides. Par exemple, deux tests rapides sont en cours de développement. Ils devraient permettre de vérifier à domicile si l'on est infecté. Il s'agit d'une évaluation permanente qui devrait permettre d'ajuster la politique si nécessaire. "S'il y a une chose que la crise mortelle d'Ebola de 2014 nous a apprise, c'est qu'il faut corriger toute erreur immédiatement, sinon on ne le fait plus", déclare Goossens. "Et alors, les conséquences sont désastreuses".

Vous êtes un microbiologiste, pas virologue. Comment êtes-vous arrivé à la tête de ce projet ?

En 2006, j'ai reçu de l'argent de l'Europe pour mettre en place un réseau européen de médecins généralistes autour des infections respiratoires, tout comme le coronavirus en est une. Ce projet s'est déroulé jusqu'en 2011 et a été couronné de succès. En 2014, je suis devenu coordinateur du projet européen PREPARE. Nous avons reçu 24 millions d'euros pour préparer l'Europe à une pandémie majeure, afin que nous puissions rapidement commencer la recherche clinique sur les agents pathogènes. Après la crise du SRAS en 2003 et l'apparition de la grippe porcine en 2009, cela s'est avéré nécessaire.

Vous êtes surtout connu pour votre lutte contre les microbes qui deviennent résistants aux antibiotiques. Y a-t-il un parallèle avec les épidémies de virus ?

Je dis depuis longtemps qu'il existe en fait deux pandémies permanentes dans le monde : celle des bactéries résistantes et celle des infections virales respiratoires. La résistance aux antibiotiques est une pandémie de clones bactériens très performants qui se sont répandus dans le monde, surtout depuis la seconde moitié des années 1990. La grippe et le corona sont une pandémie d'un certain nombre de virus efficaces. La principale différence entre les deux est que les bactéries prennent au moins vingt ans pour devenir une pandémie, alors que les virus peuvent le faire en quelques mois.

Le coronavirus actuel est présenté comme une variante du virus du SRAS. S'agit-il du même virus ?

Non. Le virus actuel a un profil complètement différent de celui du SRAS. Par exemple, le virus du SRAS n'était transmis que par des personnes très malades, alors que le virus actuel présente un taux de mortalité plus faible, mais il est beaucoup plus contagieux, car il est également transmis par des personnes qui ne présentent aucun symptôme de maladie. Cela implique une approche différente.

Quand avez-vous compris que le nouveau virus allait devenir un problème ?

Le dimanche 19 janvier, lors d'une réunion du projet PREPARE à laquelle ont participé des experts du monde entier. Au départ, nous nous demandions si dans la ville chinoise de Wuhan, où l'épidémie a commencé, il y avait 52 ou 54 personnes infectées ? Soudain, on a appris que le week-end, 136 cas supplémentaires avaient été recensés, tous n'ayant pas été infectés sur le fameux marché d'animaux vivants où le virus aurait fait le saut de l'animal à l'homme. Nous avons immédiatement compris que la situation nous échappait. Tout était en place pour transformer le virus en une tempête parfaite : un nouveau virus qui a frappé une population humaine sans résistance naturelle ni possibilité de traitement et dont le taux de mortalité s'est avéré de vingt à trente fois supérieur à celui d'une grippe saisonnière ordinaire.

Il existe plusieurs chiffres sur la mortalité du virus.

La discussion est superflue, car la mortalité est relative. Pour une grippe saisonnière, c'est 0,1 %, donc un patient sur mille meurt. À Wuhan, 2 à 3 % des personnes infectées sont mortes, ce qui est déjà énorme, mais en Italie du Nord, ce chiffre atteint 6,8 %. C'est parce que le système de santé y a implosé. Les hôpitaux ne peuvent plus faire face à la crise et laissent les personnes âgées mourir pour sauver les jeunes. Lorsqu'un système de santé est mis sous pression, la mortalité des patients augmente rapidement. D'où mon appel de la semaine dernière à agir rapidement, sinon on risque une crise majeure.

Est-ce pour cela que vous avez rapidement préconisé plus de tests sur les personnes potentiellement malades ?

En effet, une proposition pour laquelle j'ai été sévèrement critiqué. Face à une telle menace, on passe par plusieurs étapes. La première, c'est le confinement. Vous allez tester autant de personnes que vous le pouvez, comme en Corée du Sud où l'on teste très rapidement les gens à grande échelle. Vous mettez en quarantaine les personnes infectées. C'est ainsi qu'on essaie d'empêcher le virus de se propager. C'est pourquoi j'ai plaidé en faveur d'un plus grand nombre de tests et de la décentralisation des tests - et non de leur réalisation en un seul endroit. Des pays comme les Pays-Bas et le Royaume-Uni l'ont fait. Mais chez nous, cela n'a pas été fait, et donc il était trop tard pour le confinement, d'autant plus que beaucoup de gens sont soudainement revenus d'un séjour en Italie où le virus faisait des ravages. Il faut alors passer à l'atténuation : limiter la propagation du virus en imposant des mesures à la population. C'est un grand pas que beaucoup de pays ne veulent pas vraiment franchir.

Y a-t-il une communication optimale pour ce genre de situation ?

Lorsque j'ai senti en janvier que le virus pouvait devenir un problème, j'ai étudié la communication lors de l'épidémie de grippe A (H1 N1) en 2009. La conclusion était qu'en tant que scientifique, il faut communiquer de la manière la plus transparente possible, sans dramatiser, mais aussi admettre que vous ne savez pas tout. Ce qu'il ne faut surtout pas faire, c'est minimiser le problème, quand vous ignorez quelque chose. Quand j'ai entendu des collègues comparer le coronavirus à une grippe banale, j'ai mis en garde, mais j'ai été traité d'alarmiste. Même en Italie, on a longtemps minimisé la situation. Si vous devez soudain adopter une politique complètement différente, il devient beaucoup plus difficile de l'expliquer à la population.

N'a-t-on pas dit que la communication sur la grippe A (H1 N1) avait été excessive?

C'est exact. Les premiers messages étaient très alarmants, après tout s'est bien passé. Je soupçonne que cela a joué un rôle dans l'approche apaisante de Marc Van Ranst au début de cette crise, et je comprends, même si je trouvais que dès le début, il fallait plus d'organisation et moins de minimisation. Nous avons tous sous-estimé la vitesse à laquelle le virus peut se propager. Ces derniers jours, des chercheurs de Corée du Sud ont publié une étude très intéressante. Ils testent en moyenne 15 000 personnes par jour, avec ou sans symptômes. Leur étude révèle qu'un tiers des infections touche les jeunes d'une vingtaine d'années, souvent avec peu ou pas de symptômes. Ensuite, ils infectent les personnes âgées et le taux de mortalité augmente. Lorsque le système de santé implose, comme dans le nord de l'Italie, le taux de mortalité augmente de façon spectaculaire. Toutefois, cela ne signifie pas que les jeunes ne peuvent pas tomber gravement malades. Dans nos hôpitaux, il y a des trentenaires très gravement touchés.

À l'heure actuelle le coronavirus a tué plus de 8000 personnes dans le monde, pour la grippe, ce nombre peut s'élever à 500 000 par saison. C'est une grande différence, non?

Le problème, c'est que le coronavirus pourrait être bien pire que la grippe saisonnière. Il peut ébranler un système de santé. L'expert américain Marc Lipsitch estime que le coronavirus peut infecter 40 à peut-être 70 % de la population mondiale. Je ne pense pas que nous allons nous en débarrasser facilement.

Peut-il s'installer durablement dans l'humanité, comme la grippe ?

Nous ne le savons pas encore. Nous ne savons même pas s'il va devenir un virus hivernal typique chez nous, comme le virus de la grippe qui se développe ici dans l'air sec et froid et qui disparaît donc quand il fait plus chaud. Nous espérons qu'il diminuera pendant la période estivale, mais ce n'est pas certain. De nombreuses incertitudes subsistent.

Le virus resterait dans le corps pendant quatre à cinq semaines ?

C'est inexact. Dans le cadre de notre projet RECOVER, un groupe allemand a cartographié le sujet. Lorsqu'une personne est infectée, le virus se multiplie dans les voies respiratoires supérieures. Il déclenche alors auprès d'un certain nombre de personnes mais pas auprès de tout le monde - 80 % des personnes infectées remarquent à peine l'infection - des symptômes de type grippal avec fièvre, maux de gorge et toux, etc. Vous sentez qu'il se passe quelque chose, mais vous n'êtes pas vraiment malade. Chez les personnes qui sont bien malades, la situation peut soudainement s'aggraver après environ sept jours, de sorte qu'elle se détériore rapidement. C'est le résultat d'une tempête de cytokines : votre système immunitaire se met en surcharge et endommage gravement votre corps, notamment au niveau des poumons. C'est pourquoi de nombreux patients se retrouvent en réanimation.

Le principal objectif des mesures actuelles est d'alléger la charge qui pèse sur les hôpitaux ?

C'est exact. Nous devons absolument éviter la situation italienne. Ces mesures visent principalement à aplanir un pic d'infections afin que le système de santé puisse y faire face. Cela pourrait prolonger l'épidémie, mais au moins les hôpitaux pourront faire face à l'afflux. Sinon, ce sera dramatique. Les prochaines semaines seront les pires pour nous.

Reste-t-on contagieux après la guérison ?

Les tests détectent des signaux deux à trois semaines après une infection, mais ce sont des restes de virus morts. Les virus restent dans le corps deux semaines maximum.

Combien de temps vivront-ils en dehors d'un corps ?

Un groupe de recherche en Suisse a étudié la durée de survie du virus sur des surfaces telles que les poignées de porte, qui peut atteindre neuf heures, bien que ce soit exceptionnel. Mais il reste à l'extérieur d'un corps pendant au moins quelques heures.

Vous parliez d'un choc cytokinique du système immunitaire. On dit que les enfants ne tombent pas malades du virus parce qu'ils ne peuvent pas avoir de choc cytokinique.

C'est une possibilité. Il est également possible qu'ils n'aient pas encore les récepteurs que le virus utilise pour se fixer à une cellule. Une étude est en cours.

La fermeture des écoles est-elle une bonne ou une mauvaise mesure ?

C'est pour moi la question la plus difficile. Je ne l'aurais pas fait, mais nous en avons longuement débattu la semaine dernière lors du lancement du projet RECOVER et il n'y a pas d'unanimité scientifique à ce sujet. En cas d'ambiguïté, vous devez laisser les décisions aux décideurs politiques et les mettre en oeuvre. Je pense que le compromis belge est bon, avec des enfants de professionnels de la santé qui peuvent être pris en charge à l'école, entre autres.

Quelle est la relation entre la science et la politique dans cette crise ?

C'est toujours un équilibre difficile à trouver. J'ai démissionné il y a deux ans de la présidence d'une consultation nationale sur les antibiotiques, parce qu'il y avait tellement de manoeuvres politiques que j'y perdais mon temps. Je pense qu'ils n'ont pas toujours apprécié mes performances ces derniers mois, mais en tant qu'universitaire, je suis libre d'exprimer ma vision. Mardi dernier, j'étais si impressionné par ce que j'ai entendu de la part de mes collègues européens et en même temps tellement désillusionné par la faiblesse de l'approche de nos politiciens, que j'ai contacté les médias pour leur apporter un message ferme. Nos politiciens avaient besoin d'un réveil parce que les choses allaient dans le mauvais sens. S'il y a un enseignement à tirer de la crise en Italie, c'est que chaque jour compte.

N'est-il pas préférable d'apporter progressivement le message à la population plutôt que de le faire de manière brusque et soudaine?

La semaine dernière, trop de personnes chez nous étaient encore laconiques à propos de cette crise. Nous savons maintenant que chaque pays va subir une tempête de virus aussi parfaite. Vous pouvez alors la laisser vous submerger comme un tsunami, ou vous pouvez essayer de le contrôler par des mesures, même si elles sont draconiennes. Si les gens sont disciplinés et suivent bien les mesures, il faut espérer que la douleur sera de courte durée. D'ici la fin avril, le pic pourrait être dépassé.

Cela signifie que les mesures actuellement en vigueur dureront plus longtemps que début avril ?

Il faudra attendre de voir. Nous ne verrons les effets de ces mesures qu'au bout d'une semaine, car c'est le temps qu'il faut à un virus pour rendre quelqu'un malade. Dans quelques semaines, nous devrons voir comment la situation dans les hôpitaux évolue. Les chiffres qui circulent sur le nombre d'infections en Belgique sont totalement sans valeur, car les tests sont encore limités. Le nombre d'infections est un multiple des chiffres qui circulent actuellement. Dès que le pic dans les hôpitaux est passé, les autorités peuvent commencer à adapter les mesures. Heureusement, ils parlent maintenant d'une seule voix, ce qui leur permet de réagir rapidement.

Le virologue Van Ranst dit qu'à la mi-mai le virus sera passé.

Je suppose qu'il n'aura pas disparu d'ici là. Il continuera à circuler. Je ne pense pas que nous nous en débarrasserons cette année. Mais nous serons en mesure de le contrôler.

Vous êtes à la tête d'un projet européen, mais l'Europe ne se fait pas beaucoup entendre dans cette crise.

Je suis déçu. Chaque pays prend ses propres mesures. Il est justifié de fermer les restaurants et les cafés, parce qu'ils sont très propices à la transmission du virus, parce que les gens sont proches les uns des autres. Mais aux Pays-Bas, les restaurants et les cafés sont restés ouverts. C'était incompréhensible, ce que j'ai également fait remarquer à mes collègues néerlandais. Si nous voulons avoir un effet sur ce qui se passe en Belgique, les pays voisins doivent faire de même. Heureusement, le week-end dernier, les Néerlandais se sont rendu compte qu'ils devaient prendre les mêmes mesures drastiques que nous. C'est certainement une leçon pour l'avenir. Nous devons prendre des décisions ensemble. Malheureusement, la Commission européenne ne peut pas faire grand-chose à ce sujet, car les États membres sont souverains en la matière.

Cela pourrait-il être pire ? Un virus avec le degré de contamination du corona et la mortalité d'Ebola?

C'est possible. C'est pourquoi il est de la plus haute importance que nous puissions tirer des leçons - c'est une tâche essentielle de notre projet RECOVER. Peut-être que dans trois mois nous arriverons à la conclusion que nous avons eu de la chance cette fois-ci. Grâce à l'expérience italienne, nous avons pu adopter les mesures draconiennes nécessaires pour contenir la crise à temps pour que nous puissions reprendre notre vie normale relativement rapidement. Peut-être même réaliserons-nous que nous devons changer notre mode de vie, y compris en termes de commerce mondial. Ce serait un signal d'alarme.

Mais peut-être que d'ici six mois, nous reviendrons à la normale ?

C'est également possible. En Chine, la situation semble se normaliser. Les usines rouvrent et les gens recommencent à voyager. Espérons qu'il n'y aura pas de deuxième vague du virus. Parce que ce n'est pas exclu.

Herman Goossens, Lies Willaert
Herman Goossens © Lies Willaert
Depuis la semaine dernière, le microbiologiste Herman Goossens (UZA) est l'un des principaux scientifiques européens dans la lutte contre le coronavirus. Il est coordinateur du projet européen RECOVER, qui réunit les meilleurs scientifiques européens pour suivre la crise des coronavirus de manière aussi détaillée que possible. Il dispose d'un budget de 5 millions d'euros.Tout sera étudié. Ce qui se passe dans les hôpitaux, dans les soins de santé primaires, dans les familles, auprès de prestataires de soins, avec les patients et les personnes en quarantaine. Comment le virus évolue, quels sont les médicaments qui ont un effet et comment peut-on établir des diagnostics meilleurs et plus rapides. Par exemple, deux tests rapides sont en cours de développement. Ils devraient permettre de vérifier à domicile si l'on est infecté. Il s'agit d'une évaluation permanente qui devrait permettre d'ajuster la politique si nécessaire. "S'il y a une chose que la crise mortelle d'Ebola de 2014 nous a apprise, c'est qu'il faut corriger toute erreur immédiatement, sinon on ne le fait plus", déclare Goossens. "Et alors, les conséquences sont désastreuses".Vous êtes un microbiologiste, pas virologue. Comment êtes-vous arrivé à la tête de ce projet ?En 2006, j'ai reçu de l'argent de l'Europe pour mettre en place un réseau européen de médecins généralistes autour des infections respiratoires, tout comme le coronavirus en est une. Ce projet s'est déroulé jusqu'en 2011 et a été couronné de succès. En 2014, je suis devenu coordinateur du projet européen PREPARE. Nous avons reçu 24 millions d'euros pour préparer l'Europe à une pandémie majeure, afin que nous puissions rapidement commencer la recherche clinique sur les agents pathogènes. Après la crise du SRAS en 2003 et l'apparition de la grippe porcine en 2009, cela s'est avéré nécessaire.Vous êtes surtout connu pour votre lutte contre les microbes qui deviennent résistants aux antibiotiques. Y a-t-il un parallèle avec les épidémies de virus ?Je dis depuis longtemps qu'il existe en fait deux pandémies permanentes dans le monde : celle des bactéries résistantes et celle des infections virales respiratoires. La résistance aux antibiotiques est une pandémie de clones bactériens très performants qui se sont répandus dans le monde, surtout depuis la seconde moitié des années 1990. La grippe et le corona sont une pandémie d'un certain nombre de virus efficaces. La principale différence entre les deux est que les bactéries prennent au moins vingt ans pour devenir une pandémie, alors que les virus peuvent le faire en quelques mois.Le coronavirus actuel est présenté comme une variante du virus du SRAS. S'agit-il du même virus ?Non. Le virus actuel a un profil complètement différent de celui du SRAS. Par exemple, le virus du SRAS n'était transmis que par des personnes très malades, alors que le virus actuel présente un taux de mortalité plus faible, mais il est beaucoup plus contagieux, car il est également transmis par des personnes qui ne présentent aucun symptôme de maladie. Cela implique une approche différente.Quand avez-vous compris que le nouveau virus allait devenir un problème ?Le dimanche 19 janvier, lors d'une réunion du projet PREPARE à laquelle ont participé des experts du monde entier. Au départ, nous nous demandions si dans la ville chinoise de Wuhan, où l'épidémie a commencé, il y avait 52 ou 54 personnes infectées ? Soudain, on a appris que le week-end, 136 cas supplémentaires avaient été recensés, tous n'ayant pas été infectés sur le fameux marché d'animaux vivants où le virus aurait fait le saut de l'animal à l'homme. Nous avons immédiatement compris que la situation nous échappait. Tout était en place pour transformer le virus en une tempête parfaite : un nouveau virus qui a frappé une population humaine sans résistance naturelle ni possibilité de traitement et dont le taux de mortalité s'est avéré de vingt à trente fois supérieur à celui d'une grippe saisonnière ordinaire.Il existe plusieurs chiffres sur la mortalité du virus.La discussion est superflue, car la mortalité est relative. Pour une grippe saisonnière, c'est 0,1 %, donc un patient sur mille meurt. À Wuhan, 2 à 3 % des personnes infectées sont mortes, ce qui est déjà énorme, mais en Italie du Nord, ce chiffre atteint 6,8 %. C'est parce que le système de santé y a implosé. Les hôpitaux ne peuvent plus faire face à la crise et laissent les personnes âgées mourir pour sauver les jeunes. Lorsqu'un système de santé est mis sous pression, la mortalité des patients augmente rapidement. D'où mon appel de la semaine dernière à agir rapidement, sinon on risque une crise majeure.Est-ce pour cela que vous avez rapidement préconisé plus de tests sur les personnes potentiellement malades ?En effet, une proposition pour laquelle j'ai été sévèrement critiqué. Face à une telle menace, on passe par plusieurs étapes. La première, c'est le confinement. Vous allez tester autant de personnes que vous le pouvez, comme en Corée du Sud où l'on teste très rapidement les gens à grande échelle. Vous mettez en quarantaine les personnes infectées. C'est ainsi qu'on essaie d'empêcher le virus de se propager. C'est pourquoi j'ai plaidé en faveur d'un plus grand nombre de tests et de la décentralisation des tests - et non de leur réalisation en un seul endroit. Des pays comme les Pays-Bas et le Royaume-Uni l'ont fait. Mais chez nous, cela n'a pas été fait, et donc il était trop tard pour le confinement, d'autant plus que beaucoup de gens sont soudainement revenus d'un séjour en Italie où le virus faisait des ravages. Il faut alors passer à l'atténuation : limiter la propagation du virus en imposant des mesures à la population. C'est un grand pas que beaucoup de pays ne veulent pas vraiment franchir.Y a-t-il une communication optimale pour ce genre de situation ?Lorsque j'ai senti en janvier que le virus pouvait devenir un problème, j'ai étudié la communication lors de l'épidémie de grippe A (H1 N1) en 2009. La conclusion était qu'en tant que scientifique, il faut communiquer de la manière la plus transparente possible, sans dramatiser, mais aussi admettre que vous ne savez pas tout. Ce qu'il ne faut surtout pas faire, c'est minimiser le problème, quand vous ignorez quelque chose. Quand j'ai entendu des collègues comparer le coronavirus à une grippe banale, j'ai mis en garde, mais j'ai été traité d'alarmiste. Même en Italie, on a longtemps minimisé la situation. Si vous devez soudain adopter une politique complètement différente, il devient beaucoup plus difficile de l'expliquer à la population.N'a-t-on pas dit que la communication sur la grippe A (H1 N1) avait été excessive?C'est exact. Les premiers messages étaient très alarmants, après tout s'est bien passé. Je soupçonne que cela a joué un rôle dans l'approche apaisante de Marc Van Ranst au début de cette crise, et je comprends, même si je trouvais que dès le début, il fallait plus d'organisation et moins de minimisation. Nous avons tous sous-estimé la vitesse à laquelle le virus peut se propager. Ces derniers jours, des chercheurs de Corée du Sud ont publié une étude très intéressante. Ils testent en moyenne 15 000 personnes par jour, avec ou sans symptômes. Leur étude révèle qu'un tiers des infections touche les jeunes d'une vingtaine d'années, souvent avec peu ou pas de symptômes. Ensuite, ils infectent les personnes âgées et le taux de mortalité augmente. Lorsque le système de santé implose, comme dans le nord de l'Italie, le taux de mortalité augmente de façon spectaculaire. Toutefois, cela ne signifie pas que les jeunes ne peuvent pas tomber gravement malades. Dans nos hôpitaux, il y a des trentenaires très gravement touchés.À l'heure actuelle le coronavirus a tué plus de 8000 personnes dans le monde, pour la grippe, ce nombre peut s'élever à 500 000 par saison. C'est une grande différence, non?Le problème, c'est que le coronavirus pourrait être bien pire que la grippe saisonnière. Il peut ébranler un système de santé. L'expert américain Marc Lipsitch estime que le coronavirus peut infecter 40 à peut-être 70 % de la population mondiale. Je ne pense pas que nous allons nous en débarrasser facilement.Peut-il s'installer durablement dans l'humanité, comme la grippe ?Nous ne le savons pas encore. Nous ne savons même pas s'il va devenir un virus hivernal typique chez nous, comme le virus de la grippe qui se développe ici dans l'air sec et froid et qui disparaît donc quand il fait plus chaud. Nous espérons qu'il diminuera pendant la période estivale, mais ce n'est pas certain. De nombreuses incertitudes subsistent.Le virus resterait dans le corps pendant quatre à cinq semaines ?C'est inexact. Dans le cadre de notre projet RECOVER, un groupe allemand a cartographié le sujet. Lorsqu'une personne est infectée, le virus se multiplie dans les voies respiratoires supérieures. Il déclenche alors auprès d'un certain nombre de personnes mais pas auprès de tout le monde - 80 % des personnes infectées remarquent à peine l'infection - des symptômes de type grippal avec fièvre, maux de gorge et toux, etc. Vous sentez qu'il se passe quelque chose, mais vous n'êtes pas vraiment malade. Chez les personnes qui sont bien malades, la situation peut soudainement s'aggraver après environ sept jours, de sorte qu'elle se détériore rapidement. C'est le résultat d'une tempête de cytokines : votre système immunitaire se met en surcharge et endommage gravement votre corps, notamment au niveau des poumons. C'est pourquoi de nombreux patients se retrouvent en réanimation.Le principal objectif des mesures actuelles est d'alléger la charge qui pèse sur les hôpitaux ?C'est exact. Nous devons absolument éviter la situation italienne. Ces mesures visent principalement à aplanir un pic d'infections afin que le système de santé puisse y faire face. Cela pourrait prolonger l'épidémie, mais au moins les hôpitaux pourront faire face à l'afflux. Sinon, ce sera dramatique. Les prochaines semaines seront les pires pour nous.Reste-t-on contagieux après la guérison ? Les tests détectent des signaux deux à trois semaines après une infection, mais ce sont des restes de virus morts. Les virus restent dans le corps deux semaines maximum.Combien de temps vivront-ils en dehors d'un corps ?Un groupe de recherche en Suisse a étudié la durée de survie du virus sur des surfaces telles que les poignées de porte, qui peut atteindre neuf heures, bien que ce soit exceptionnel. Mais il reste à l'extérieur d'un corps pendant au moins quelques heures.Vous parliez d'un choc cytokinique du système immunitaire. On dit que les enfants ne tombent pas malades du virus parce qu'ils ne peuvent pas avoir de choc cytokinique.C'est une possibilité. Il est également possible qu'ils n'aient pas encore les récepteurs que le virus utilise pour se fixer à une cellule. Une étude est en cours.La fermeture des écoles est-elle une bonne ou une mauvaise mesure ?C'est pour moi la question la plus difficile. Je ne l'aurais pas fait, mais nous en avons longuement débattu la semaine dernière lors du lancement du projet RECOVER et il n'y a pas d'unanimité scientifique à ce sujet. En cas d'ambiguïté, vous devez laisser les décisions aux décideurs politiques et les mettre en oeuvre. Je pense que le compromis belge est bon, avec des enfants de professionnels de la santé qui peuvent être pris en charge à l'école, entre autres.Quelle est la relation entre la science et la politique dans cette crise ?C'est toujours un équilibre difficile à trouver. J'ai démissionné il y a deux ans de la présidence d'une consultation nationale sur les antibiotiques, parce qu'il y avait tellement de manoeuvres politiques que j'y perdais mon temps. Je pense qu'ils n'ont pas toujours apprécié mes performances ces derniers mois, mais en tant qu'universitaire, je suis libre d'exprimer ma vision. Mardi dernier, j'étais si impressionné par ce que j'ai entendu de la part de mes collègues européens et en même temps tellement désillusionné par la faiblesse de l'approche de nos politiciens, que j'ai contacté les médias pour leur apporter un message ferme. Nos politiciens avaient besoin d'un réveil parce que les choses allaient dans le mauvais sens. S'il y a un enseignement à tirer de la crise en Italie, c'est que chaque jour compte.N'est-il pas préférable d'apporter progressivement le message à la population plutôt que de le faire de manière brusque et soudaine?La semaine dernière, trop de personnes chez nous étaient encore laconiques à propos de cette crise. Nous savons maintenant que chaque pays va subir une tempête de virus aussi parfaite. Vous pouvez alors la laisser vous submerger comme un tsunami, ou vous pouvez essayer de le contrôler par des mesures, même si elles sont draconiennes. Si les gens sont disciplinés et suivent bien les mesures, il faut espérer que la douleur sera de courte durée. D'ici la fin avril, le pic pourrait être dépassé.Cela signifie que les mesures actuellement en vigueur dureront plus longtemps que début avril ?Il faudra attendre de voir. Nous ne verrons les effets de ces mesures qu'au bout d'une semaine, car c'est le temps qu'il faut à un virus pour rendre quelqu'un malade. Dans quelques semaines, nous devrons voir comment la situation dans les hôpitaux évolue. Les chiffres qui circulent sur le nombre d'infections en Belgique sont totalement sans valeur, car les tests sont encore limités. Le nombre d'infections est un multiple des chiffres qui circulent actuellement. Dès que le pic dans les hôpitaux est passé, les autorités peuvent commencer à adapter les mesures. Heureusement, ils parlent maintenant d'une seule voix, ce qui leur permet de réagir rapidement.Le virologue Van Ranst dit qu'à la mi-mai le virus sera passé.Je suppose qu'il n'aura pas disparu d'ici là. Il continuera à circuler. Je ne pense pas que nous nous en débarrasserons cette année. Mais nous serons en mesure de le contrôler.Vous êtes à la tête d'un projet européen, mais l'Europe ne se fait pas beaucoup entendre dans cette crise.Je suis déçu. Chaque pays prend ses propres mesures. Il est justifié de fermer les restaurants et les cafés, parce qu'ils sont très propices à la transmission du virus, parce que les gens sont proches les uns des autres. Mais aux Pays-Bas, les restaurants et les cafés sont restés ouverts. C'était incompréhensible, ce que j'ai également fait remarquer à mes collègues néerlandais. Si nous voulons avoir un effet sur ce qui se passe en Belgique, les pays voisins doivent faire de même. Heureusement, le week-end dernier, les Néerlandais se sont rendu compte qu'ils devaient prendre les mêmes mesures drastiques que nous. C'est certainement une leçon pour l'avenir. Nous devons prendre des décisions ensemble. Malheureusement, la Commission européenne ne peut pas faire grand-chose à ce sujet, car les États membres sont souverains en la matière.Cela pourrait-il être pire ? Un virus avec le degré de contamination du corona et la mortalité d'Ebola?C'est possible. C'est pourquoi il est de la plus haute importance que nous puissions tirer des leçons - c'est une tâche essentielle de notre projet RECOVER. Peut-être que dans trois mois nous arriverons à la conclusion que nous avons eu de la chance cette fois-ci. Grâce à l'expérience italienne, nous avons pu adopter les mesures draconiennes nécessaires pour contenir la crise à temps pour que nous puissions reprendre notre vie normale relativement rapidement. Peut-être même réaliserons-nous que nous devons changer notre mode de vie, y compris en termes de commerce mondial. Ce serait un signal d'alarme.Mais peut-être que d'ici six mois, nous reviendrons à la normale ?C'est également possible. En Chine, la situation semble se normaliser. Les usines rouvrent et les gens recommencent à voyager. Espérons qu'il n'y aura pas de deuxième vague du virus. Parce que ce n'est pas exclu.