Le 5 février 2020, le biologiste évolutionnaire Tom Wenseleers (KuLeuven) était le premier scientifique à évoquer la crise du coronavirus dans les pages de Knack. Rétrospectivement, il était visionnaire. Le 5 février 2020, il déclarait que les réactions à la propagation du coronavirus témoignaient d'une "sous-estimation naïve du problème". Alors que les virologues renommés parlaient encore d'une "grippe banale", Wenseleers n'excluait pas que nous nous dirigions "vers une pandémie avec des problèmes de santé publique majeurs".
...

Le 5 février 2020, le biologiste évolutionnaire Tom Wenseleers (KuLeuven) était le premier scientifique à évoquer la crise du coronavirus dans les pages de Knack. Rétrospectivement, il était visionnaire. Le 5 février 2020, il déclarait que les réactions à la propagation du coronavirus témoignaient d'une "sous-estimation naïve du problème". Alors que les virologues renommés parlaient encore d'une "grippe banale", Wenseleers n'excluait pas que nous nous dirigions "vers une pandémie avec des problèmes de santé publique majeurs".Les propos de Wenseleers ont suscité peu d'émoi, peut-être parce que, professionnellement, il étudie surtout les insectes sociaux comme les fourmis et les abeilles. Mais aujourd'hui, il a publié un article dans la prestigieuse revue Science en collaboration avec la crème des chercheurs de la réputée London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM).En tant que spécialiste des fourmis et des abeilles, comment avez-vous été impliqué dans la recherche sur le coronavirus ? Tom Wenseleers : J'enseigne les statistiques, et en tant que biostatisticien, j'ai commencé à examiner les données sur le coronavirus disponibles en Chine dès janvier 2020. Même à ce moment-là, il était clair que les choses pouvaient devenir très sérieuses. Surtout que le coronavirus est très contagieux.À l'époque, d'éminents virologues parlaient encore d'une "petite grippe".Il n'était évidemment pas facile, au cours des premières semaines de l'épidémie de coronavirus, d'évaluer avec précision la gravité de la situation. Mais j'ai rapidement réussi à calculer que le taux de létalité de l'infection, c'est-à-dire le nombre de personnes infectées qui meurent de l'infection, était alarmant : entre 0,5 et 5 %. Nous savons maintenant que le chiffre pour la Belgique est de 0,7%, ce qui rend le coronavirus 15 à 20 fois plus mortel que la grippe.Les premiers chiffres montrent que la gravité de la situation a été largement sous-estimée. Fin février 2020, la Belgique parlait encore d'un scénario catastrophe avec 270 morts !Votre étude sur la souche britannique du virus vous a valu une reconnaissance internationale.En soi, c'était la même histoire. Le variant britannique circulait depuis septembre 2020, mais ce n'est que fin décembre que l'alerte internationale a été donnée en raison de sa contagiosité élevée. Un temps précieux a été perdu en discussions pour savoir si cette plus grande contagiosité n'était pas un effet accidentel, lié par exemple aux courses de Noël à Londres. En me basant sur les données britanniques accessibles au public, j'ai pu rapidement démontrer que ce n'était pas le cas.Comment vous êtes-vous retrouvé dans Science ?Bizarrement, c'était lié à mon travail sur les insectes sociaux. J'avais tweeté mes graphiques sur le variant britannique, et ils ont été remarqués par Nick Davies de la London School of Hygiene & Tropical Medicine (LSHTM). Son équipe et lui essayaient de résoudre des lacunes, auxquelles mon analyse pouvait remédier. J'ai ensuite appliqué ma méthode à la distribution du variant britannique dans d'autres pays. Partout, j'ai obtenu le même résultat : le variant britannique est 40 à 60 % plus contagieux que le variant original. Nous savons maintenant qu'il rend les gens plus malades et qu'il touche également les jeunes. En Belgique, les patients atteints de la variante britannique courent 30% de risques supplémentaires de se retrouver en soins intensifs que ceux atteints du virus original.Était-ce votre première publication dans un magazine professionnel de premier plan ?Non, j'avais déjà publié dans ces revues. J'étudie pourquoi dans certaines communautés animales, comme les ruches d'abeilles, les intérêts collectifs l'emportent sur les intérêts individuels. Cette situation a beaucoup de points communs avec la crise du coronavirus, où les intérêts individuels et collectifs entrent aussi régulièrement en conflit.Au début de la crise, par exemple, il y avait une grave pénurie de tout, tels que les tests pour détecter les infections. Ces tests étaient initialement réservés aux voyageurs en provenance de zones à haut risque, comme la Chine ou l'Italie du Nord. Mais cela a créé de nouveaux problèmes. Les personnes qui sont tombées malades mais qui ne s'étaient pas rendues dans ces régions n'étaient pas testées. Par exemple, une personne de mon entourage a contracté une infection au coronavirus aux Pays-Bas, mais il s'est avéré qu'un test n'était possible que lorsqu'elle était en soins intensifs. Cette pénurie a notamment eu pour conséquence de négliger pendant longtemps la circulation du virus en Europe. Les États-Unis ont interrompu le trafic aérien en provenance de la Chine, mais pas de l'Europe. Deux tiers de toutes les infections à New York ont été importées d'Europe.Est-il vrai que la version britannique a été introduite en Europe continentale par des touristes pendant les vacances de Noël ?C'est en partie vrai. Le virus aurait frappé ici de toute façon, les camionneurs devant faire des trajets essentiels. Lorsque vous commencez à fermer les frontières, il est généralement trop tard. Des études génétiques montrent que la variante originale du virus circulait dans la ville chinoise de Wuhan dès octobre 2019. Lorsqu'ils ont réalisé l'ampleur du problème sur place, fin janvier 2020, le nombre d'infections était estimé à 70 000. Le trafic aérien avait déjà exporté le virus, et les frontières ont été fermées bien trop tard.Sait-on pourquoi les nouvelles variantes sont plus mortelles ?Parmi les virologues, l'idée circule qu'un virus évolue toujours vers une forme plus infectieuse mais moins mortelle - il n'aurait aucun intérêt à tuer sa victime. D'un point de vue évolutif, ce n'est pas toujours correct, car de nombreux virus doivent être pathogènes pour se propager efficacement. Les virus des voies respiratoires, par exemple, provoquent des infections pulmonaires, car une forte toux assure une plus grande propagation.Cela joue-t-il un rôle dans l'évolution de nouveaux variants du coronavirus ?Lors de l'émergence du coronavirus, il existait déjà un lien entre contagiosité et létalité. Le virus présent dans les chauves-souris a donné lieu à une insertion génétique sur la protéine spike à l'extérieur du virus. Cela lui permet de pénétrer plus facilement dans nos cellules et le rend plus infectieux pour les humains. Malheureusement, cette modification génétique a également permis au virus d'infecter d'autres organes que les poumons, ce qui le rend plus pathogène.Trois des nouveaux variants du virus portent une autre mutation sur la protéine spike, ce qui les rend encore plus contagieux.Un article paru dans Science parle d'"évolution convergente" : différents variants de virus ont développé les mêmes adaptations utiles indépendamment les unes des autres.En effet. Quatre des sept coronavirus identifiés chez l'homme à ce jour présentent la même insertion sur la protéine spike, mais elle est codée génétiquement de manière différente à chaque fois. Cela indique qu'il s'agit d'une adaptation importante qui a facilité le passage de l'animal à l'homme.Il y a la fameuse mutation E484K dans certains variants qui inquiète beaucoup les scientifiques.Et à juste titre, car elle permet au virus d'échapper plus facilement à notre système immunitaire. Cela semblait être une mauvaise nouvelle, car les vaccins seraient alors moins efficaces, mais finalement cela ne s'est pas avéré si grave. Un plus grand nombre de personnes seront infectées, mais le risque de tomber gravement malade après une vaccination reste très réduit. Et c'est le principal.Les variants du virus peuvent fusionner entre eux. Est-ce un problème ?Il peut combiner les avantages de plusieurs variants, ce qui est défavorable. Malheureusement, le virus a un potentiel de variation plus important que prévu. Son génome est longtemps resté assez stable, ce qui a été bénéfique pour le développement de vaccins, mais les espoirs qu'il le reste se sont avérés vains.Que sait-on de l'apparition des variants ?Il y a deux hypothèses. La première hypothèse est que les variantes apparaissent chez les patients dont le système immunitaire fonctionne mal, ce qui permet au virus de rester présent longtemps et d'avoir le temps de muter fortement. La deuxième hypothèse est une adaptation génétique accélérée après un passage dans d'autres hôtes animaux. Par exemple, dans les élevages de visons, le virus est passé des humains aux animaux, où il s'est adapté. Mais la forme modifiée pourrait rebondir vers les humains. Ces nouveaux variants peuvent également être plus infectieux.Il est également inquiétant de constater que, contrairement au type original, les nouveaux variants peuvent infecter les rats et les souris. Les chats et les chiens sont également plus malades. Cela signifie que les chances d'éradiquer le virus sont devenues pratiquement nulles : il continuera à circuler chez les animaux. Il deviendra donc endémique dans notre monde, ce qui signifie que nous devrons vacciner chaque année, comme nous l'avons fait pour la grippe. J'espère que nos autorités pensent déjà à la troisième injection.Devons-nous apprendre à vivre avec le risque de pandémie?De nombreux virus chez l'homme s'éteignent rapidement, mais notre mode de vie mondialisé, avec de fortes densités de population dans les zones métropolitaines, augmente le risque de pandémies.Une simulation suggère que le pic mondial de la pandémie est tombé à la mi-janvier. Le pire est-il passé?Je trouve qu'il est difficile de se prononcer avec certitude. Les nouveaux variants sont une épidémie dans une épidémie. Dans la ville brésilienne de Manaus, 75% des personnes avaient des anticorps après la première vague du virus, mais le nouveau variant a pu contourner partiellement l'immunité acquise et provoquer une nouvelle catastrophe avec de nombreux décès. Le variant brésilien a entraîné un triplement de la mortalité chez les personnes âgées de 20 ans et un doublement de la mortalité dans les autres groupes d'âge.Le variant brésilien est-il déjà en Belgique ?Le variant britannique est désormais à l'origine de 85 % des nouvelles infections en Belgique, les variants brésilien et sud-africain représentant chacune environ 5 %. Malheureusement, le variant brésilien est en augmentation.Les pays en développement peuvent être un terrain propice aux variants. La population est jeune, la mortalité est donc limitée, mais le virus peut muter à volonté, en partie pour échapper à nos systèmes immunitaires. L'Organisation mondiale de la santé affirme à juste titre que nous ne serons en sécurité que lorsque tout le monde, dans le monde entier, aura été vacciné. Le nationalisme vaccinal égoïste des pays riches risque de nous revenir comme un boomerang.Certains affirment que la vaccination encourage le virus à muter de telle sorte qu'il échappe à nos défenses.C'est absurde. La pression de sélection exercée sur le virus après la vaccination est similaire à celle d'un processus naturel. En outre, les vaccins réduiront la population de virus, de sorte qu'il y aura moins de nouvelles mutations et de variants. La vaccination est le moyen le plus sûr de sortir de cette crise.Dans notre document scientifique, nous avons conclu que deux options s'offrent à nous : prendre des mesures encore plus draconiennes, comme la fermeture des écoles, avec toutes les conséquences désastreuses que cela implique, ou accélérer le taux de vaccination. Une pression peut être exercée sur les entreprises pharmaceutiques pour qu'elles coopèrent davantage, notamment en ce qui concerne la production de vaccins performants. Il est possible de fabriquer des seringues qui gaspillent moins de vaccin, ce qui permet d'aider davantage de personnes avec la même dose. Les personnes qui ont déjà eu une infection pourraient se contenter d'une seule dose au lieu de deux. Il existe même un article qui conclut qu'une demi-dose du vaccin Moderna est aussi efficace qu'une dose complète.Les vaccins sont donc meilleurs que prévu ?Le vaccin Moderna contient trois fois plus d'ARNm actif par dose que le vaccin Pfizer. Il semble donc logique de pouvoir vacciner un plus grand nombre de personnes avec ce produit, bien qu'il faille également tenir compte des différences de composition.L'optimisation de l'administration du vaccin peut être difficile en raison d'obstacles juridiques. Si quelque chose ne va pas, le fabricant peut rejeter la responsabilité sur le gouvernement qui a décidé d'administrer le vaccin différemment de ce qui est prescrit.Que pensez-vous de l'agitation autour du vaccin AstraZeneca?C'est une autre situation où les intérêts individuels et collectifs peuvent s'opposer. Mais même d'un point de vue individuel, il était complètement irrationnel d'arrêter la vaccination. Le risque d'une thrombose cérébrale rare après une vaccination est estimé à 1 sur 1 000 000 et localement peut-être un peu plus. En comparaison, le risque de thrombose après une infection par le virus est de 2 %. En d'autres termes, l'infection est beaucoup plus dangereuse que la vaccination. La décision politique émotive prise par un certain nombre de pays européens de cesser d'administrer le vaccin d'AstraZeneca aura causé des milliers de décès supplémentaires par rapport à ce que le vaccin aurait provoqué.La meilleure stratégie consiste à continuer à vacciner avec l'AstraZeneca, à moins qu'il n'y ait suffisamment de vaccins alternatifs disponibles. On pourrait alors décider, comme l'ont fait le Canada et l'Allemagne, de n'administrer le vaccin AstraZeneca qu'aux personnes âgées, car l'effet secondaire touche surtout les jeunes.C'est donc l'inverse de ce qui s'est passé: l'AstraZeneca n'a pas été administré aux personnes de plus de 55 ans, parce qu'il n'y avait pas eu suffisamment de tests pour voir s'il fonctionnait pour elles.Dans cette crise, j'ai parfois émis des réserves sur le concept de médecine factuelle, qui consiste à attendre de disposer de toutes les données scientifiques avant de prendre une décision. C'est une approche rationnelle dans des circonstances normales, mais pas dans une situation de crise avec de nombreux décès. Les preuves indirectes ou préliminaires doivent être utilisées au maximum afin de gagner un temps précieux.Bien sûr, c'est difficile pour les scientifiques et les politiques, car chacun est hyper prudent en raison de ses responsabilités. Si vous êtes infecté par le virus, c'est de la faute de la nature. Mais si vous avez des problèmes après une vaccination, quelqu'un est responsable. Il en résulte une approche bureaucratique qui a coûté de nombreuses vies au cours de l'année écoulée. Il devrait y avoir un cadre juridique pour permettre des raccourcis dans des circonstances extrêmes.Tels que?Si les vaccins avaient été approuvés six mois plus tôt, de nombreuses vies auraient été sauvées et notre société se porterait mieux aujourd'hui. La séquence d'ARN du vaccin Moderna a été conçue en deux jours, et la production peut être adaptée à un nouveau variant en six semaines. En tant que scientifique, je trouve alors frustrant qu'il faille encore attendre jusqu'à un an avant qu'il n'arrive sur le marché.Heureusement, l'Agence européenne des médicaments a déjà émis un avis consultatif pour accélérer la mise sur le marché des variants de vaccins. En cas de crise, vous pouvez également envisager de gagner du temps en combinant les phases 3 et 4 des essais cliniques. Vous passez ensuite à la phase où vous suivez un grand nombre de personnes dans des conditions contrôlées.Ce serait un raccourci très radical.Oui, c'est vrai. Mais la réglementation actuelle n'est pas adaptée à la réalité d'une pandémie. Le vaccin contre la polio, qui a connu un énorme succès et a permis d'éradiquer la maladie en Afrique, ne pourrait même pas être commercialisé dans le cadre de la législation actuelle. Inversement, je pense que la technologie actuelle de l'ARNm serait arrivée sur le marché beaucoup plus rapidement si elle avait été développée il y a un siècle.Notre cadre éthique a un peu dérivé vers l'extrême prudence. Le cadre législatif est devenu de plus en plus strict, en partie parce que nous avons oublié ce que peut faire une grande pandémie. Nous nous sommes sentis inaccessibles ! Heureusement, la pandémie de coronavirus n'est pas la fin du monde. Les enfants, par exemple, sont largement épargnés, ce qui n'était pas le cas de la grippe espagnole.Selon l'infectiologue Erika Vlieghe, 2022 sera une année de célébration. Vous vous attendez aussi à ça ?Je l'espère. Cela dépendra de l'efficacité du déploiement des vaccins. Même une pandémie sévère et très mortelle comme la grippe espagnole a simplement rejoint la catégorie des infections respiratoires chez l'homme après trois ou quatre vagues majeures, et ce sans vaccination. Je suis donc optimiste.En attendant, j'espère des mesures différenciées en fonction de l'âge ou de si l'on a été vacciné ou non, aussi discriminatoire que cela puisse paraître. On pourrait imaginer des concerts pour les moins de vingt-cinq ans uniquement : pour eux, le risque de mourir après une infection est quatre mille fois moins élevé que pour les seniors. Vous pourriez temporairement autoriser les voyages et les sorties dans les bars uniquement pour les personnes vaccinées, jusqu'à ce qu'il y ait suffisamment de vaccinations dans le monde pour pouvoir lâcher la plupart des mesures. Cela pourrait donc devenir une expérience sociale quelque peu étrange à l'échelle mondiale. Heureusement, les perspectives sont encourageantes.