Les périodes glaciaires sont causées par des collisions massives entre continents

15/03/19 à 15:51 - Mise à jour à 15:51

ne nouvelle étude du MIT révèle que les ères glaciaires ont été provoquées par des mouvements tectoniques. La solution contre le réchauffement climatique ? Pas vraiment...

Les périodes glaciaires sont causées par des collisions massives entre continents

© Getty Images/iStockphoto

Jusqu'à présent, la Terre a connu trois âges de glace qui s'étendent tous sur des millions d'années. En théorie, nous nous trouvons toujours dans une période glaciaire qui a commencé il y a 35 millions d'années. Or selon une nouvelle étude menée par des scientifiques du Massachussets Institute of Technology, il existerait un lien entre les âges de glace et les plaques tectoniques s'entrechoquant à l'équateur. Chaque nouvelle période glaciaire a en effet démarré après une chute fulgurante des températures, elle-même déclenchée par une série de séismes de grande ampleur.

En s'entrechoquant, les plaques tectoniques forment de très grandes chaines de montagnes dont émergent des "sutures". Une suture est une jonction le long d'une zone de faille majeure ou d'une zone de terranes, des "microcontinents" qui se sont détachés de la croute terrestre ou d'une plaque tectonique pour se coller sur une nouvelle plaque. Lors de leur étude, les scientifiques du MIT ont remarqué que le mécanisme responsable de chaque ère glaciaire s'enclenchait après l'apparition de ces sutures. Ils ont également découvert que chacune de ces sutures se formait à l'origine dans les tropiques, mais que certaines finissaient par s'étendre. L'Himalaya illustre bien cette exception. "À chaque pic dans la zone de suture des tropiques, une glaciation se produisait" explique Dr Oliver Jagoutz, géologue et directeur de l'étude au MIT. "En résumé, chaque fois qu'une suture s'étend sur 10 000 kms, un nouvel âge de glace démarre."

L'explication se trouve que, lorsqu'elles entrent en collision, les plaques tectoniques rejettent à l'air libre de gigantesques couches de sol océanique. La chaleur des tropiques provoque ensuite un phénomène chimique qui fait que ces roches sorties des fonds marins absorbent en masse du CO2 présent dans l'atmosphère ce qui fait baisser la température. Si la réaction du calcium et du magnésium présent dans les rochers au C02 a entrainé le refroidissement global de la planète, c'est aussi cela qui a mis fin à chaque âge de glace. Une fois les derniers rochers érodés, ils ne sont plus en mesure de stocker les gaz à effet de serre, ce qui entraine une nouvelle hausse des températures.

Tout comme l'augmentation du CO2 entraîne une hausse des températures mondiales, son élimination pourrait donc faire baisser les températures et déclencher des périodes glaciaires. Actuellement, la Terre a beau se trouver dans une période glaciaire, les températures continuent de grimper en raison de l'activité humaine. Ce qui fait qu'on pourrait, peut-être, utiliser ce processus géologique pour contrecarrer le réchauffement climatique. Pour le Dr Jagoutz, la planète ne pourra pas nous venir en aide. "Ce processus terrestre est très lent et très différent de nos actions sur la Terre. Il ne risque pas de nous causer du tort, mais il ne nous sauvera pas non plus."