Leurs découvertes, qui ont suscité une vague d'enthousiasme, ont été relayées par la revue scientifique Science Advances.

Tout a commencé en 2013 par une heureuse découverte de Fernando Garberoglio (alors encore étudiant de troisième cycle). Il a voyagé dans des régions riches en fossiles de la province argentine du Rio Negro. Le morceau de pierre qu'il croyait ramasser s'est avéré être un fragment d'un crâne de serpent d'environ 95 millions d'années bien conservé. Le serpent appartenait au groupe éteint Najash (Najash est une variante du mot hébreu pour serpent).

Garberoglio était en charge d'un groupe de chercheurs internationaux qui, dans la zone paléontologique de La Buitrera ont découvert en tout huit crânes de serpents et aussi des squelettes de serpents, où l'on voyait très clairement que les serpents avaient des pattes arrière. Les chercheurs supposent qu'encore plus tôt, il y a environ 170 millions d'années, les serpents avaient aussi des pattes avant, bien qu'aucun fossile n'ait été trouvé jusqu'ici.

Les squelettes ne révèlent pas seulement les pattes arrière. Ils montrent aussi des pommettes, que les serpents d'aujourd'hui n'ont plus. Les crânes montrent quelque chose qui oscille entre la tête rigide du lézard et la tête flexible du serpent moderne.

Les fossiles jouent un rôle important, car relativement peu de bons squelettes de serpents ont été trouvés jusqu'à présent, et que ceux-ci étaient "tridimensionnels et largement non écrasés" et aussi parce qu'ils indiquent plus d'évolution parmi les serpents qu'on ne le pensait jusqu'à présent.

Mais ce sont les pattes arrière, petites, mais très visibles, qui frappent l'imaginaire. Ce n'est pas un choc pour les spécialistes que les serpents aient eu des pattes. C'était plus ou moins connu. Mais c'était considéré comme un régime transitoire relativement court. Aujourd'hui, il s'avère que les serpents ont eu des pattes pendant des dizaines de millions d'années.

La Bible

Les religions révélées n'aiment guère les fossiles. Les histoires de création et de sauvetage d'animaux par Noé ont toutes été contredites des milliers de fois par des découvertes de toutes sortes. Les groupes religieux extrémistes continuent de nier l'existence des dinosaures et rejettent l'évolution parce qu'elle est en contradiction avec la révélation.

Les découvertes récentes font le bonheur des milieux chrétiens et juifs qui ont tendance à interpréter littéralement leurs écrits saints. Pour une fois, des sites comme Christian Headlines ou Faithwire.com n'émettent aucune réserve par rapport à la science, et le directeur d'un musée créationniste du Kentucky ne cache guère son enthousiasme.

Les serpents à pattes, disent-ils, sont conformes à la version de la chute telle qu'elle est racontée dans la Genèse 3, où le serpent avait des pattes jusqu'à la chute, du moins les pattes arrière. Il en était ainsi jusqu'à ce que l'animal soit puni et condamné à une vie dans la poussière.

Pour ceux qui ne sont pas si versés dans la Bible: Adam et Ève ont été poussés par le serpent à manger le fruit défendu. Quand Dieu les a attrapés, il y a eu non seulement une chute, mais aussi une cascade de culpabilité.

Voici le passage en question:

Est-ce que tu as mangé du fruit de l'arbre dont je t'avais interdit de manger?" L'homme répondit: "C'est la femme que tu as mise à mes côtés qui m'a donné de ce fruit, et j'en ai mangé." L'Éternel Dieu dit à la femme: "Pourquoi as-tu fait cela?" La femme répondit: "Le serpent m'a trompée et j'en ai mangé." L'Eternel Dieu dit au serpent: "Puisque tu as fait cela, tu seras maudit parmi tout le bétail et tous les animaux sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.

Dans le Coran, la Chute est racontée sans intervention de serpent. Avec ou sans pattes.

Leurs découvertes, qui ont suscité une vague d'enthousiasme, ont été relayées par la revue scientifique Science Advances.Tout a commencé en 2013 par une heureuse découverte de Fernando Garberoglio (alors encore étudiant de troisième cycle). Il a voyagé dans des régions riches en fossiles de la province argentine du Rio Negro. Le morceau de pierre qu'il croyait ramasser s'est avéré être un fragment d'un crâne de serpent d'environ 95 millions d'années bien conservé. Le serpent appartenait au groupe éteint Najash (Najash est une variante du mot hébreu pour serpent).Garberoglio était en charge d'un groupe de chercheurs internationaux qui, dans la zone paléontologique de La Buitrera ont découvert en tout huit crânes de serpents et aussi des squelettes de serpents, où l'on voyait très clairement que les serpents avaient des pattes arrière. Les chercheurs supposent qu'encore plus tôt, il y a environ 170 millions d'années, les serpents avaient aussi des pattes avant, bien qu'aucun fossile n'ait été trouvé jusqu'ici.Les squelettes ne révèlent pas seulement les pattes arrière. Ils montrent aussi des pommettes, que les serpents d'aujourd'hui n'ont plus. Les crânes montrent quelque chose qui oscille entre la tête rigide du lézard et la tête flexible du serpent moderne.Les fossiles jouent un rôle important, car relativement peu de bons squelettes de serpents ont été trouvés jusqu'à présent, et que ceux-ci étaient "tridimensionnels et largement non écrasés" et aussi parce qu'ils indiquent plus d'évolution parmi les serpents qu'on ne le pensait jusqu'à présent.Mais ce sont les pattes arrière, petites, mais très visibles, qui frappent l'imaginaire. Ce n'est pas un choc pour les spécialistes que les serpents aient eu des pattes. C'était plus ou moins connu. Mais c'était considéré comme un régime transitoire relativement court. Aujourd'hui, il s'avère que les serpents ont eu des pattes pendant des dizaines de millions d'années.La Bible Les religions révélées n'aiment guère les fossiles. Les histoires de création et de sauvetage d'animaux par Noé ont toutes été contredites des milliers de fois par des découvertes de toutes sortes. Les groupes religieux extrémistes continuent de nier l'existence des dinosaures et rejettent l'évolution parce qu'elle est en contradiction avec la révélation.Les découvertes récentes font le bonheur des milieux chrétiens et juifs qui ont tendance à interpréter littéralement leurs écrits saints. Pour une fois, des sites comme Christian Headlines ou Faithwire.com n'émettent aucune réserve par rapport à la science, et le directeur d'un musée créationniste du Kentucky ne cache guère son enthousiasme.Les serpents à pattes, disent-ils, sont conformes à la version de la chute telle qu'elle est racontée dans la Genèse 3, où le serpent avait des pattes jusqu'à la chute, du moins les pattes arrière. Il en était ainsi jusqu'à ce que l'animal soit puni et condamné à une vie dans la poussière.Pour ceux qui ne sont pas si versés dans la Bible: Adam et Ève ont été poussés par le serpent à manger le fruit défendu. Quand Dieu les a attrapés, il y a eu non seulement une chute, mais aussi une cascade de culpabilité.Voici le passage en question:Est-ce que tu as mangé du fruit de l'arbre dont je t'avais interdit de manger?" L'homme répondit: "C'est la femme que tu as mise à mes côtés qui m'a donné de ce fruit, et j'en ai mangé." L'Éternel Dieu dit à la femme: "Pourquoi as-tu fait cela?" La femme répondit: "Le serpent m'a trompée et j'en ai mangé." L'Eternel Dieu dit au serpent: "Puisque tu as fait cela, tu seras maudit parmi tout le bétail et tous les animaux sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Dans le Coran, la Chute est racontée sans intervention de serpent. Avec ou sans pattes.