Ce qui semblait initialement être un virus de type grippal infectant les voies respiratoires s'est transformé en une énigme biologique qui ébahit les chasseurs de virus. Il mesure à peine un milliardième de mètre et ne contient que 15 gènes qui contiennent des informations sur pas plus de 29 protéines. Et pourtant, le coronavirus est capable de perturber complètement un corps humain. Plus les scientifiques l'étudient, plus l'arsenal des fonctions perturbatrices de notre corps devient impressionnant, que le virus semble pouvoir se déployer sans effort.
...

Ce qui semblait initialement être un virus de type grippal infectant les voies respiratoires s'est transformé en une énigme biologique qui ébahit les chasseurs de virus. Il mesure à peine un milliardième de mètre et ne contient que 15 gènes qui contiennent des informations sur pas plus de 29 protéines. Et pourtant, le coronavirus est capable de perturber complètement un corps humain. Plus les scientifiques l'étudient, plus l'arsenal des fonctions perturbatrices de notre corps devient impressionnant, que le virus semble pouvoir se déployer sans effort."Une maladie cruelle et inhabituelle", écrit la revue New Scientist en tête d'une liste de ce que le covid-19, la maladie causée par le coronavirus, peut provoquer dans le corps humain. Elle qualifie le virus d' "ennemi foudroyant, capable de tuer en une double attaque, en provoquant à la fois nos défenses et perturbant la coagulation du sang".La liste des symptômes provoqués par le virus s'allonge de jour en jour. C'est bien plus qu'un rhume, un mal de tête et de la fièvre qui peuvent conduire au coma. Les patients deviennent complètement épuisés, engourdis (physiquement et mentalement), souffrent de diarrhée et d'une perte de poids extrême, ainsi que de troubles de la peau et du cerveau. Les personnes qui ne présentent que des symptômes modestes pendant l'infection virale elle-même peuvent soudainement tomber gravement malades des semaines plus tard, principalement en raison de leur système immunitaire qui s'emballe parce qu'il ne peut pas contrôler les conséquences de l'infection.Aucun organe du corps humain n'est à l'abri du virus. Ce n'est plus seulement un problème de fragilité des poumons et de pneumonie sévère, mais aussi d'accidents vasculaires cérébraux, d'insuffisance hépatique et rénale et de douleurs musculaires sévères. Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine a bouleversé les esprits en montrant que le coronavirus peut même causer le diabète (type 1). On savait que les personnes atteintes de diabète sont plus susceptibles d'être victimes du virus, mais la nouvelle que le virus lui-même déclenche la maladie a envoyé une onde de choc dans le monde du diabète. Dans le pancréas, le virus infecterait les cellules responsables de la production d'insuline et de glucagon, des hormones qui régulent le niveau de sucre dans le sang. En raison de l'infection, la régulation du sucre part en vrille.Projections de gouttelettes de salive Nature a récemment donné un aperçu des principaux points d'interrogation concernant la biologie du coronavirus. Cette liste a commencé par le constat qu'elle évoque des pathologies différentes chez des personnes différentes. Certaines personnes infectées remarquent à peine l'infection, d'autres tombent malades presque immédiatement. Les personnes présentant des symptômes légers de l'infection peuvent encore souffrir des mois plus tard, tandis qu'il y a aussi des patients gravement malades qui reprennent leur vie normale relativement rapidement. Personne n'a la moindre idée d'où viennent ces différences frappantes.Selon certaines études préliminaires, à peine un tiers des personnes infectées présentent des symptômes visibles. C'est un désastre pour endiguer une épidémie virale, car cela implique que vous négligez la majorité des personnes infectées. Un rapport publié dans les Proceedings of the National Academy of Sciences a conclu que si vous isolez toutes les personnes présentant des symptômes, vous ne pouvez pas contrôler la maladie, car vous passez à côté de celles qui n'en présentent pas. Il faut pouvoir mettre en quarantaine au moins un tiers de ces personnes sans symptômes pour avoir un effet sur une épidémie.L'étude supposait que plus de la moitié des infections se produisent chez des personnes ne présentant pas de symptômes (même si elles peuvent les attraper plus tard). Les superpropagateurs du virus - des personnes très contagieuses - jouent un rôle important dans l'alimentation de la pandémie. À peine 20 % des personnes infectées seraient responsables de 80 % des nouvelles infections. Cela se produit principalement dans les fêtes et les bars, où les gens se tiennent près les uns des autres et font du bruit, ce qui s'accompagne de projections de gouttelettes de salive qui peuvent être pleines de virus. D'où l'accent mis sur les fêtes et les événements dans la lutte contre le virus.De nombreuses victimes signalent une perte d'odeur, de goût et de sensation de faim comme premiers symptômes. Mais cela peut aussi être différent : même des personnes relativement jeunes présentant de faibles symptômes d'infection peuvent soudainement avoir une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Certains accidents vasculaires cérébraux entraînent des dommages cérébraux mesurables, révèle une analyse de la revue Neuron. Il n'est pas certain que ces dommages soient permanents - le virus n'est pas parmi nous depuis assez longtemps pour cela.Dans le New Scientist, un éminent infectiologue britannique, qui a déjà été infecté par des virus tropicaux dans le cadre de son travail, a témoigné de son infection par un coronavirus. Il parle de périodes d'extrême fatigue jusqu'à longtemps après que le virus ait disparu de son corps. Et de l'incertitude croissante parce qu'on a l'impression que la maladie va et vient. Quand on pense que c'est enfin terminé, il réapparaît soudain sous une autre forme. Cette nature semi-permanente de la maladie auprès d'un certain nombre de patients inquiète de nombreux scientifiques.Jusqu'à présent, la lutte contre la maladie a surtout visé à éviter des décès, mais une plus grande attention sera nécessairement accordée aux effets à long terme sur les patients qui survivent à l'attaque virale. Jusqu'à 20 % des personnes qui ont survécu à une grave infection de coronavirus subiraient des lésions pulmonaires permanentes - il y a même des personnes qui n'ont jamais bénéficié de la respiration artificielle. Les dommages ne pouvaient être compensés que par un exercice constant des poumons. Dans les cas extrêmes, la transplantation pulmonaire est souhaitable - une procédure risquée qui est rendue encore plus difficile par une pénurie chronique de poumons transplantés.Le camouflage biologique Mi-juillet, Nature a publié une étude impressionnante, mais presque désespérante, sur la manière dont les 29 protéines du coronavirus dans le corps humain interagissent avec nos protéines. L'étude a révélé jusqu'à 332 interactions, ce qui signifie qu'il existe au moins 332 façons dont les protéines virales peuvent hypothéquer notre santé - bien qu'il ne soit pas certain que toutes les interactions entraînent des problèmes. Cela illustre l'étonnante polyvalence biologique du virus.Par exemple, le virus semble interférer avec les protéines nécessaires à la multiplication de notre ADN, à l'expression génétique, au transport des vésicules cellulaires avec des informations pour d'autres cellules, au métabolisme des graisses et à d'autres fonctions de notre métabolisme, à la construction et à l'approvisionnement en énergie aux cellules. En outre, elle peut interférer avec le fonctionnement normal de composants essentiels de notre système immunitaire, ce qui peut expliquer pourquoi tant de patients voient leur système immunitaire s'emballer à la suite de l'infection.Une étude de Nature Communications suggère même que le virus possède une sorte de camouflage pour empêcher sa détection rapide par la défense humaine. Ses capacités perturbatrices se lisent comme un catalogue de la vulnérabilité de notre corps. Pour couronner le tout, certains éléments indiquent que le virus affecterait également notre flore intestinale - d'où peut-être les symptômes de diarrhée et de perte de poids. Aucun aspect de notre corps n'est épargné.Une question pressante qui préoccupe les scientifiques est de savoir combien de temps une personne infectée conserve des anticorps contre le virus dans son corps, et dans quelle mesure ils peuvent arrêter une seconde infection. Le virus cache bien ses éventuels points faibles aux chasseurs de virus. La quantité d'anticorps dans un corps atteindrait son maximum environ trois semaines après les premiers symptômes. Le pic serait plus élevé pour les personnes présentant des symptômes plus lourds. Mais trois mois après le pic, seuls 17 % des gens auraient encore des quantités mesurables d'anticorps dans le sang. C'est un pourcentage alarmant.La revue Science souligne qu'il est d'une importance primordiale dans la lutte contre le virus que l'on sache combien de temps les anticorps offrent une protection. Si ce n'est que pour une courte période, cela a des effets limitatifs sur le succès d'un vaccin, car il fonctionne selon les mêmes principes. Mais on espère de plus en plus que d'autres aspects de notre système immunitaire nous aideront à lutter contre le virus. Une étude préliminaire a détecté une immunité étonnamment élevée dite "à cellules T" chez des patients suédois. Cela pourrait indiquer que cette composante moins connue de notre système immunitaire est plus efficace dans la lutte contre le virus que les anticorps. Et ce serait un peu une bonne nouvelle.Hommes chauves vulnérables Les scientifiques étudient également les éventuelles propriétés génétiques qui font que certaines personnes sont mieux protégées contre le virus que d'autres. Pour l'instant, cette recherche n'a pas été très fructueuse. Lors d'un congrès scientifique en ligne, des chercheurs italiens ont déclaré avoir détecté trois gènes qui ont une (petite) influence sur le développement du covid-19. Ce n'est pas beaucoup, mais c'est un début. Étonnamment, ils n'ont trouvé aucune distinction pour les gènes ayant des informations sur le fameux récepteur cellulaire ACE2 de nos cellules, que le virus utilise pour les infecter. Là encore, le virus ne fait pas ce que les chercheurs avaient pensé (ou espéré).Des chercheurs chinois rapportent dans Nature Machine Intelligence qu'ils ont isolé trois marqueurs biologiques liés au risque de décès du covid-19 au moyen de l'intelligence artificielle à partir d'un vaste ensemble de données. Le premier est la lactate déshydrogénase, une substance qui est libérée en cas de lésions tissulaires graves. Une deuxième est une déficience en globules blancs (lymphocytes). Une troisième est une substance qui a trait aux inflammations des poumons. La détection de la combinaison de ces trois marqueurs dans le sang donnerait une avance de dix jours pour déterminer quels patients qui présentent un risque élevé de mourir, afin de leur accorder une attention supplémentaire.Curieusement, les hommes souffrent beaucoup plus du covid-19 que les femmes. Selon Science, plus des trois quarts des patients dans le monde sont des hommes. Selon le magazine, c'est dû au fait que les hormones sexuelles mâles donnent un coup de pouce au virus. Des données provenant d'Espagne indiquent que les hommes atteints d'une forme génétique de calvitie prématurée sont particulièrement sensibles au virus, car ils ont beaucoup d'hormones sexuelles. Le principal coupable serait une protéine produite par les hormones, qui aide le virus à pénétrer dans les cellules.Dans Nature, des femmes scientifiques soulignent subtilement que les hommes sont peut-être plus malades, mais que les femmes subissent davantage les conséquences des mesures sociales prises contre le virus. Elles perdent plus facilement leur emploi, s'occupent majoritairement des enfants qui restent à la maison et sont victimes de violences sexuelles de la part de leur mari "enfermé". En outre, de nombreuses femmes doivent soigner leur partenaire malade à la maison.Scénario irréaliste Certaines personnes qui sont fatiguées de ces mesures et craignent les ravages économiques soutiennent que nous devrions laisser le virus suivre son cours. Qu'en tant que société, nous laissons la maladie suivre son cours pour nous en débarrasser plus rapidement. C'est une possibilité, mais qui a des conséquences. Si nous voulons obtenir une protection grâce à la fameuse "immunité de groupe", deux tiers de la population mondiale doivent être infectés par le virus, conclut une analyse de la revue spécialisée Immunity. Cela se traduirait par 30 millions de décès par le virus, dont 6 millions en Chine et 1 million aux États-Unis (et environ 60 à 100 000 dans notre pays). Sans compter les décès résultant de l'effondrement des systèmes de santé.À titre de comparaison, nous sommes actuellement en route vers 700 000 morts du corona (enregistrés) dans le monde (dans notre pays on va vers les 10 000). Dans ce scénario, les nombreux morts du coronavirus n'auraient guère d'effet sur le nombre d'êtres humains dans le monde, de sorte qu'il ne faut pas le faire pour corriger la surpopulation. Soit dit en passant, il est peu probable qu'une société humaine continue à fonctionner normalement une fois que son système de soins de santé s'est effondré. Pour de nombreuses raisons, laisser le virus suivre son cours n'est pas une option réaliste.