Lire également "Comment la 5G va changer nos vies" et "Mobilité, business, divertissement, santé... La 5G, pour qui et pour quoi ?"
...

Episode 1 : Aux origines. L'utilisation d'Internet décolle, le consommateur échange des textes, puis des images. La consommation de données mobiles explose. Les Etats-Unis emportent la bagarre de la 3 et 4G. Episode 2 : Le règne des Gafa. Outre-Atlantique, le filon utilisateur final est surexploité. Toujours plus d'apps, de services, de start-up, dans le sillage des locomotives Google, Amazon, Facebook et Apple. En Chine, on s'attaque au volet infrastructure. Episode 3 : La naissance d'un géant. Le monde se réveille - un nouveau géant est né, il s'appelle Huawei - et s'inquiète. Cet équipementier, quasi incontournable pour sa technologie et ses prix planchers, est proche des services de renseignement chinois. Episode 4 : La riposte. Craignant pour leur sécurité, les Etats-Unis ferment la porte à ce nouveau champion. La guerre est déclarée. Huawei est banni de Google. Episode 5 : Une porte bien gardée. Tiraillée entre la difficulté de priver ses entreprises d'un accès à des équipements bon marché, de s'opposer à son allié américain, de se mettre la Chine à dos et d'assurer sa cybersécurité, l'Europe tergiverse. Elle ne fermera finalement la porte de ses réseaux " à aucun acteur " mais y mettra une série de verrous. L'épisode 6 est actuellement en cours de production mais on sait déjà que d'anciennes stars made in Europe (Nokia) et seconds rôles (Ericsson) reviennent sur le devant de la scène. Avec la promesse de soutien de fonds américains. Spin off : Le cas belge. Au casting : la Région bruxelloise dans le rôle du gardien de la santé, le gouvernement fédéral - absent du générique - et l'IBPT, le gendarme du marché en invité surprise. Ce dernier, lassé du statu quo du dossier, a surpris le public en proposant l'octroi de licences temporaires. Telenet et Base vont-ils emboîter le pas à Proximus dans cette course aux enchères ? Notre avis ? 5G est la série à ne pas manquer. On regrettera néanmoins le jeu des acteurs européens qui, tout en ayant pas mal d'atouts à faire valoir, sont restés à l'arrière-plan. On ne peut qu'enjoindre les scénaristes à écrire dès à présent la deuxième saison. Pour permettre à l'Europe de rattraper le retard perdu sous peine de voir les investissements trouver des cieux plus cléments. Quant à la minisérie belge, elle aurait mérité une plus grande attention et davantage de concertation de tous les intervenants. Que trois Régions ne puissent se mettre d'accord sur un enjeu qui les dépasse largement manque de réalisme. Alors 5G, saison 2, bientôt disponible sur tous les écrans ? On décompte les jours avant la sortie.