Entre le 2 et le 8 août, 10.599 personnes sont venues du Maroc en Belgique. 9,6% d'entre elles étaient positives au coronavirus, soit une sur dix. Ce pourcentage est en nette augmentation, il a plus que doublé depuis la fin juillet. Ce taux dépasse largement ceux des personnes venant d'autres pays. Le deuxième est la Turquie avec 3,6%, le troisième l'Espagne avec 2,1%, et les autres tournent tous autour des 1% sinon en dessous.

Sur cette même semaine, 362.565 personnes sont arrivées en Belgique, dont 202.914 de zone rouge. Parmi elles, 51.400 personnes ont dû être testées. Sur le total, plus d'une personne sur cinq venait de France et plus d'une sur dix d'Espagne. Le Maroc arrive en sixième place des arrivées, avec environ 3% du total.

Le Maroc est une zone rouge, hors européenne, et hors "liste blanche" (liste de pays hors UE où les codes couleurs de l'ECDC sont d'application et les quarantaines au retour ne sont pas obligatoires dans certains cas), donc toute personne en provenance du Maroc doit obligatoirement faire un test (ou plusieurs tests si elle n'est pas vaccinée) et passer une quarantaine.

La situation épidémiologique au Maroc est préoccupante. Depuis début juillet, les cas et les décès flambent, passant de 500 à 10.000 cas par jour, et de moins de cinq à plus de 100 décès par jour (moyennes sur sept jours). La situation dans les hôpitaux, selon les médias locaux, devient critique. Environ un tiers de la population est entièrement vaccinée.

Une population moins vaccinée?

Bruxelles, "multiculturelle", est souvent pointée du doigt par des responsables scientifiques et politiques comme étant lente dans les vaccinations, notamment à cause de certaines communautés. A Bruxelles, les personnes d'origine marocaine (si la nationalité de naissance des parents d'une personne est de cette qualité) sont fortement représentées, et sont même la plus grande diaspora en Belgique. De là, tirer des conclusions vers le taux de positivité élevé serait abusif et faux. Récolter des données ethniques de ce genre est illégal en Belgique, car discriminant.

Pour comprendre et objectiver ce pourcentage des personnes en provenance du Maroc sur la semaine du 2 au 8 août, nous avons voulu avoir les données de ces 10.599 personnes. Savoir combien sont vaccinées. Combien sont résidents marocains et ainsi touristes en Belgique. Quelle est la répartition par province ou région. Quelles sont les tranches d'âge. Nous n'avons pas eu de retour quant à nos demandes au contact tracing.

Entre le 2 et le 8 août, 10.599 personnes sont venues du Maroc en Belgique. 9,6% d'entre elles étaient positives au coronavirus, soit une sur dix. Ce pourcentage est en nette augmentation, il a plus que doublé depuis la fin juillet. Ce taux dépasse largement ceux des personnes venant d'autres pays. Le deuxième est la Turquie avec 3,6%, le troisième l'Espagne avec 2,1%, et les autres tournent tous autour des 1% sinon en dessous.Sur cette même semaine, 362.565 personnes sont arrivées en Belgique, dont 202.914 de zone rouge. Parmi elles, 51.400 personnes ont dû être testées. Sur le total, plus d'une personne sur cinq venait de France et plus d'une sur dix d'Espagne. Le Maroc arrive en sixième place des arrivées, avec environ 3% du total.Le Maroc est une zone rouge, hors européenne, et hors "liste blanche" (liste de pays hors UE où les codes couleurs de l'ECDC sont d'application et les quarantaines au retour ne sont pas obligatoires dans certains cas), donc toute personne en provenance du Maroc doit obligatoirement faire un test (ou plusieurs tests si elle n'est pas vaccinée) et passer une quarantaine.La situation épidémiologique au Maroc est préoccupante. Depuis début juillet, les cas et les décès flambent, passant de 500 à 10.000 cas par jour, et de moins de cinq à plus de 100 décès par jour (moyennes sur sept jours). La situation dans les hôpitaux, selon les médias locaux, devient critique. Environ un tiers de la population est entièrement vaccinée.Une population moins vaccinée?Bruxelles, "multiculturelle", est souvent pointée du doigt par des responsables scientifiques et politiques comme étant lente dans les vaccinations, notamment à cause de certaines communautés. A Bruxelles, les personnes d'origine marocaine (si la nationalité de naissance des parents d'une personne est de cette qualité) sont fortement représentées, et sont même la plus grande diaspora en Belgique. De là, tirer des conclusions vers le taux de positivité élevé serait abusif et faux. Récolter des données ethniques de ce genre est illégal en Belgique, car discriminant.Pour comprendre et objectiver ce pourcentage des personnes en provenance du Maroc sur la semaine du 2 au 8 août, nous avons voulu avoir les données de ces 10.599 personnes. Savoir combien sont vaccinées. Combien sont résidents marocains et ainsi touristes en Belgique. Quelle est la répartition par province ou région. Quelles sont les tranches d'âge. Nous n'avons pas eu de retour quant à nos demandes au contact tracing.