Les boissons diététiques ou "light" peuvent sembler meilleures pour la santé que les sodas et les jus de fruits, souvent très riches en sucres. Mais plusieurs études remettent en cause cette croyance, voire suggèrent que ces boissons n'apportent pas que des bienfaits au corps. Selon une nouvelle étude, publiée dans la revue Stroke et repérée par le Time, les femmes plus âgées qui consomment plus de boissons diététiques présentent un risque plus élevé d'accident vasculaire cérébral (AVC) et de maladies cardiaques, ainsi qu'un risque accru d...

Les boissons diététiques ou "light" peuvent sembler meilleures pour la santé que les sodas et les jus de fruits, souvent très riches en sucres. Mais plusieurs études remettent en cause cette croyance, voire suggèrent que ces boissons n'apportent pas que des bienfaits au corps. Selon une nouvelle étude, publiée dans la revue Stroke et repérée par le Time, les femmes plus âgées qui consomment plus de boissons diététiques présentent un risque plus élevé d'accident vasculaire cérébral (AVC) et de maladies cardiaques, ainsi qu'un risque accru de mourir prématurément. Les chercheurs ont étudié les données de plus de 81.000 femmes postménopausées. Trois après le début de l'expérience, les sujets ont répondu à des questions sur le nombre de boissons "light" (boissons gazeuses hypocaloriques, boissons aux fruits avec édulcorants artificiels...) qu'elles avaient consommées au cours des trois derniers mois. Après un suivi de près de douze ans, les scientifiques ont constaté que les femmes qui buvaient deux boissons ou plus par jour avec du faux sucre avaient 23% de risques en plus d'avoir un AVC, par rapport aux femmes qui déclaraient en consommer moins d'une par semaine voire pas du tout. Ce risque accru est jugé particulièrement inquiétant car la plupart de ces AVC se sont produits dans les plus petits vaisseaux sanguins du cerveau. Or, des études antérieures suggéraient que des AVC répétés dans ces petits vaisseaux constituaient un facteur à risque de démence. "Ces résultats montrent que nous ne devrions pas présumer que ces boissons sont inoffensives lorsqu'on les consomme à des niveaux élevés", confirme Yasmin Mossavar-Rahmani, qui a dirigé l'étude. Bien que les résultats ne suggèrent pas que les boissons minceur causent directement des AVC, le lien soulève des inquiétudes sur la manière dont les édulcorants artificiels pourraient affecter l'organisme. Il y a à ce jour trop peu d'études sur ces édulcorants pour en tirer des conclusions définitives, mais des analyses chez les animaux suggèrent que des composés comme la saccharine et l'aspartame peuvent compromettre la capacité de l'organisme à décomposer correctement le glucose. Or, un mauvais contrôle du glucose peut engendrer le diabète, qui est aussi un facteur à risque de maladies cardiaques et AVC. Ils peuvent également altérer les bactéries vivant dans l'intestinIl reste aujourd'hui à poursuivre les études pour déterminer quels édulcorants artificiels pourraient être plus ou moins associés à l'AVC, ainsi que déterminer à partir de combien de temps de consommation les risques cardio-vasculaires commencent à augmenter.