Le goût pour les aliments sucrés a offert un avantage évolutif aux premiers humains, explique au Time Juliana Cohen, professeure adjointe en nutrition au Merrimack College du Nord du Massachusetts et à la Harvard School of Public Health. Dans la nature, les aliments sucrés, comme les fruits ou le miel, ont tendance à être à la fois sûrs et riches en calories, tandis que les aliments amers sont plus susceptibles d'être toxiques. La théorie scientifique dominante est donc que les humains naissent avec un désir inhérent d'aliments sucrés qui s'estompe avec l'âge et l'expérience du goût.Notre propension à consommer moins de sucre avec l'âge est une bonne chose puisque des études ont établi un lien entre les régimes riches en sucre et les taux d'obésité, de diabète de type 2 et de cardiopathie. Les "sucres ajoutés" - le type que les fabricants ajoutent aux produits transformés, par opposition à ceux naturellement présents dans les aliments entiers - semblent particulièrement malsains. Les centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) recommandent aux adultes de limiter leur apport en sucres à moins de 10% de leurs calories quotidienne...