Le cancer du sein triple négatif est une forme agressive de la maladie qui touche majoritairement de jeunes femmes. Celui-ci est très difficile à traiter en raison de sa résistance à l'hormonothérapie et aux thérapies anti HER2. De plus, au stade métastatique, les cellules cancéreuses deviennent plus résistantes à la chimiothérapie. En Belgique, 8,6% des 12.000 cancers du sein recensés sont des cancers triple négatifs précoces ou avancés.

Pour ce type de cancer, la guérison est actuellement impossible. Les patientes ne peuvent compter que sur des thérapies, souvent expérimentales, qui leur permettent de survivre plus longtemps mais qui entrainent souvent des effets collatéraux.

Le traitement de MSD n'attaque pas directement le cancer mais aide le système immunitaire à se défendre. Une étude a montré que l'utilisation de l'immunothérapie en combinaison avec la chimiothérapie permettait d'allonger sensiblement l'espérance de vie avec 27% de risque de décès en moins. Toutefois, les patientes ne peuvent bénéficier de l'immunothérapie que si elle exprime une protéine spécifique en quantité suffisante. Cela ne concerne actuellement que quatre malades sur dix.

La validation du remboursement reste cependant une grande avancée puisqu'elle permettra à un plus grand nombre de personnes atteintes d'un cancer du sein triple négatif d'avoir accès au traitement par immunothérapie et ainsi de prolonger leur espérance de vie dans l'espoir de la découverte d'un nouveau traitement plus efficace.

Le cancer du sein triple négatif est une forme agressive de la maladie qui touche majoritairement de jeunes femmes. Celui-ci est très difficile à traiter en raison de sa résistance à l'hormonothérapie et aux thérapies anti HER2. De plus, au stade métastatique, les cellules cancéreuses deviennent plus résistantes à la chimiothérapie. En Belgique, 8,6% des 12.000 cancers du sein recensés sont des cancers triple négatifs précoces ou avancés. Pour ce type de cancer, la guérison est actuellement impossible. Les patientes ne peuvent compter que sur des thérapies, souvent expérimentales, qui leur permettent de survivre plus longtemps mais qui entrainent souvent des effets collatéraux. Le traitement de MSD n'attaque pas directement le cancer mais aide le système immunitaire à se défendre. Une étude a montré que l'utilisation de l'immunothérapie en combinaison avec la chimiothérapie permettait d'allonger sensiblement l'espérance de vie avec 27% de risque de décès en moins. Toutefois, les patientes ne peuvent bénéficier de l'immunothérapie que si elle exprime une protéine spécifique en quantité suffisante. Cela ne concerne actuellement que quatre malades sur dix. La validation du remboursement reste cependant une grande avancée puisqu'elle permettra à un plus grand nombre de personnes atteintes d'un cancer du sein triple négatif d'avoir accès au traitement par immunothérapie et ainsi de prolonger leur espérance de vie dans l'espoir de la découverte d'un nouveau traitement plus efficace.