Il est peu probable que les vaccins actuels contre le coronavirus soient efficaces contre le nouveau variant Omicron, estime Stéphane Bancel, le patron du laboratoire Moderna dans une interview au Financial Times. Et la production de vaccins en quantité suffisante qui fonctionneraient de manière optimale contre le variant pourrait prendre des mois, selon lui.

Le variant omicron a été détecté la semaine dernière en Afrique du Sud et se répand depuis dans de nombreux pays. Le variant présente "un risque très élevé" au niveau mondial, a prévenu lundi l'Organisation mondiale de la santé. "Etant donné les mutations qui pourraient conférer un potentiel d'échappement à la réponse immunitaire tout comme possiblement donner un avantage en termes de transmissibilité, la probabilité qu'omicron se répande au niveau mondial est élevée", selon un document de l'OMS.

Davantage d'hospitalisations

Pour Stéphane Bancel, il est impossible que les vaccins actuels fonctionnent aussi bien contre Omicron que contre le variant Delta, ce qui pourrait entraîner davantage de personnes malades ou à l'hôpital à la suite d'une contamination.

Le laboratoire Moderna avait annoncé vendredi son intention de développer une dose de rappel spécifique pour Omicron.

Stéphane Bancel estime qu'il y aura une "baisse significative" de l'efficacité des vaccins. "Tous les scientifiques à qui j'ai parlé (...) disent "cela ne va pas le faire"", selon lui.

Il a indiqué au quotidien que des données sur l'efficacité des vaccins actuels seront disponibles dans les deux prochaines semaines.

Il est peu probable que les vaccins actuels contre le coronavirus soient efficaces contre le nouveau variant Omicron, estime Stéphane Bancel, le patron du laboratoire Moderna dans une interview au Financial Times. Et la production de vaccins en quantité suffisante qui fonctionneraient de manière optimale contre le variant pourrait prendre des mois, selon lui. Le variant omicron a été détecté la semaine dernière en Afrique du Sud et se répand depuis dans de nombreux pays. Le variant présente "un risque très élevé" au niveau mondial, a prévenu lundi l'Organisation mondiale de la santé. "Etant donné les mutations qui pourraient conférer un potentiel d'échappement à la réponse immunitaire tout comme possiblement donner un avantage en termes de transmissibilité, la probabilité qu'omicron se répande au niveau mondial est élevée", selon un document de l'OMS. Pour Stéphane Bancel, il est impossible que les vaccins actuels fonctionnent aussi bien contre Omicron que contre le variant Delta, ce qui pourrait entraîner davantage de personnes malades ou à l'hôpital à la suite d'une contamination. Le laboratoire Moderna avait annoncé vendredi son intention de développer une dose de rappel spécifique pour Omicron.Stéphane Bancel estime qu'il y aura une "baisse significative" de l'efficacité des vaccins. "Tous les scientifiques à qui j'ai parlé (...) disent "cela ne va pas le faire"", selon lui. Il a indiqué au quotidien que des données sur l'efficacité des vaccins actuels seront disponibles dans les deux prochaines semaines.