Qu'une légère accélération du tempo soit annoncée pour les maisons de repos constitue une bonne chose. "Mais après? Le gouvernement flamand n'est pas prêt pour le déploiement suivant et ne regarde pas plus loin que les premiers mètres", a-t-il regretté.

"Regardez ce qu'il se passe en Allemagne où des entreprises flamandes construisent depuis des mois des centres de vaccination. Ici, on dit qu'on va discuter avec les bourgmestres la semaine prochaine. Le gouvernement flamand ne regarde pas plus loin que le bout de son nez et ça m'inquiète", a poursuivi le chef de file de Groen.

Ce dernier craint également que les leçons du passé n'aient pas été tirées. "Après 2020, on avait dit qu'on ne pouvait plus être à la traîne. J'avais espéré un changement de tendance en 2021 mais le gouvernement flamand continue sur sa lancée."

Des critiques rapidement balayées par le ministre flamand en charge des Affaires intérieures, Bart Somers (Open Vld). Dans un premier temps, quelque 750.000 personnes seront vaccinées dans les maisons de repos et les hôpitaux du nord du pays. Les pouvoirs locaux doivent ensuite entrer dans la danse pour la vaccination du grand public. Cette phase était prévue en avril/mai mais Bart Somers entend être prêt dès le début du mois de mars, soit quasiment deux mois plus tôt que le planning initialement prévu, a-t-il expliqué.

Selon le ministre, des discussions ont déjà eu lieu avec les pouvoirs locaux et une nouvelle réunion est prévue ce mercredi avec l'union des villes et communes flamandes. Un courrier a également été envoyé. "Au début de la semaine prochaine, nous aurons un premier scénario que nous présenterons aux gouverneurs le mercredi et aux bourgmestres le lendemain", a-t-il conclu.

Qu'une légère accélération du tempo soit annoncée pour les maisons de repos constitue une bonne chose. "Mais après? Le gouvernement flamand n'est pas prêt pour le déploiement suivant et ne regarde pas plus loin que les premiers mètres", a-t-il regretté. "Regardez ce qu'il se passe en Allemagne où des entreprises flamandes construisent depuis des mois des centres de vaccination. Ici, on dit qu'on va discuter avec les bourgmestres la semaine prochaine. Le gouvernement flamand ne regarde pas plus loin que le bout de son nez et ça m'inquiète", a poursuivi le chef de file de Groen. Ce dernier craint également que les leçons du passé n'aient pas été tirées. "Après 2020, on avait dit qu'on ne pouvait plus être à la traîne. J'avais espéré un changement de tendance en 2021 mais le gouvernement flamand continue sur sa lancée."Des critiques rapidement balayées par le ministre flamand en charge des Affaires intérieures, Bart Somers (Open Vld). Dans un premier temps, quelque 750.000 personnes seront vaccinées dans les maisons de repos et les hôpitaux du nord du pays. Les pouvoirs locaux doivent ensuite entrer dans la danse pour la vaccination du grand public. Cette phase était prévue en avril/mai mais Bart Somers entend être prêt dès le début du mois de mars, soit quasiment deux mois plus tôt que le planning initialement prévu, a-t-il expliqué. Selon le ministre, des discussions ont déjà eu lieu avec les pouvoirs locaux et une nouvelle réunion est prévue ce mercredi avec l'union des villes et communes flamandes. Un courrier a également été envoyé. "Au début de la semaine prochaine, nous aurons un premier scénario que nous présenterons aux gouverneurs le mercredi et aux bourgmestres le lendemain", a-t-il conclu.