Les LEDs inquiètent. Mais cette crainte est-elle justifiée ? " On sait depuis les années 1960 que le spectre de la lumière bleue se situe dans ceux susceptibles de créer des dommages à la rétine, explique le Pr Edouard Duchâteau, ophtalmologue au CHU de Liège et spécialiste de la question. Lorsqu'elle provient du soleil, notre exposition est équilibrée au cours de la journée. Mais les sources artificielles ont changé la donne. "
...

Les LEDs inquiètent. Mais cette crainte est-elle justifiée ? " On sait depuis les années 1960 que le spectre de la lumière bleue se situe dans ceux susceptibles de créer des dommages à la rétine, explique le Pr Edouard Duchâteau, ophtalmologue au CHU de Liège et spécialiste de la question. Lorsqu'elle provient du soleil, notre exposition est équilibrée au cours de la journée. Mais les sources artificielles ont changé la donne. " La principale source artificielle est en effet le LED, ou light emitting diodes. " La lumière semble blanche, car la lumière bleue qu'elle émet traverse un chromophore jaune, ce qui donne du blanc. L'autre technologie est le mélange de LEDs rouge, bleu et vert qui donnent du blanc. Ces LEDs se retrouvent partout : dans les luminaires, mais aussi les télévisions, écrans d'ordinateur, écrans de GSM... " Notre exposition à la lumière bleue a donc fortement augmenté, d'autant que les arguments de durabilité, d'économie d'énergie et d'écologie ont encouragé leur utilisation. Malheureusement, le revers de la médaille est la santé de notre vue... " Des tests ont été réalisés sur des rats et des dégâts irréversibles ont été causés à leur rétine alors qu'ils étaient exposés durant quelques jours, à raison de 12 heures par jour, à des lumières par LED dans des conditions comparables à celles auxquelles nous sommes soumis dans un bureau. " L'effet sur l'Homme n'est pas encore prouvé, mais le doute est permis. " Une étude a ainsi montré que l'exposition au soleil sans protection au plus jeune âge augmentait le risque de DMLA dans un âge avancé. Et l'on assiste de plus à un rajeunissement des personnes touchées par cette maladie ! ", met en garde le spécialiste. Il est clair que certaines catégories de population sont davantage soumises aux méfaits de la lumière bleue, en particulier les jeunes enfants et les personnes souffrant ou ayant souffert de maladies des yeux, comme la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) ou le glaucome. " Le cristallin des enfants n'est pas encore mature et il laisse passer plus de 80 % de la lumière bleue qui va frapper la rétine. à 20 ans, il n'en laisse plus passer que 20 %. Il est donc indispensable de limiter leur utilisation d'appareils avec LED, OLED ou AMOLED. évitez donc les LEDs sur la lampe de chevet ! Une bonne vieille ampoule à incandescence ou halogène est préférable ", précise le Pr Duchâteau. Des écoles ont opté pour des éclairages LED, de même que certaines maisons de repos. " Cela ne pose pas de problème à une condition : que ces ampoules n'atteignent pas des températures de couleur de plus de 3000 Kelvin (K). Sinon, le risque d'atteinte rétinienne existe, en particulier dans ces populations à risque. " Les magasins proposent en effet bien souvent des ampoules à 4000 K, qu'il faut donc éviter ; leur intensité est inscrite sur l'emballage, ce qui nous aide à choisir. Plus que les GSM ou les télévisions avec LED, dont l'écran est souvent coloré, le problème le plus important se pose pour les écrans d'ordinateur, avec une page blanche le plus souvent. " C'est alors que l'émission de lumière bleue est la plus importante. Or, nous sommes nombreux à passer de longues heures sur ces pages avec un fond blanc. Il est alors essentiel de prendre les mesures pour limiter notre exposition ", insiste l'ophtalmologue. (Lire encadré) Par Carine Maillard