Jusqu'ici, l'efficacité du vaccin de Pfizer avait été prouvée par des essais cliniques: leur validité a été confirmée par l'analyse des données de quelque 1,2 million de personnes en Israël, pays en pointe dans la vaccination et où circule largement le variant britannique.

Les auteurs de l'étude, publiée dans le prestigieux New England Journal of Medicine, montrent que la vaccination a réduit de 94% les cas symptomatiques du Covid-19, de 92% les cas graves de la maladie, et de 87% les hospitalisations. Ces taux valent pour la protection obtenue au moins sept jours après la seconde injection. "Il s'agit de la première preuve validée par les pairs de l'efficacité d'un vaccin dans les conditions du monde réel", a déclaré à l'AFP Ben Reis, l'un des co-auteurs.

Le vaccin a fonctionné de façon relativement équivalente pour tous les groupes d'âge, a-t-il précisé. Une efficacité a également été constatée contre la possibilité même d'être infecté (et non seulement de développer des symptômes). Une donnée cruciale, car elle pourrait indiquer que les personnes vaccinées ne peuvent plus non plus transmettre le virus, mais qui demande à être confirmée.

Autre bonne nouvelle du côté des vaccins: les autorités américaines ont confirmé l'efficacité du remède unidose de Johnson & Johnson, y compris contre des variants, sur la base des données des essais cliniques. Cet avis, qui présage d'une mise sur le marché très prochaine aux Etats-Unis, peut-être dès la fin de la semaine, était très attendu car ce vaccin présente deux avantages en matière de logistique: il ne s'administre qu'en une seule dose et il peut être stocké à des températures de réfrigérateur classique et non de congélateur, ce qui facilitera sa distribution.

L'efficacité de ce vaccin est de 85,9% contre les formes graves de la maladie aux Etats-Unis, et il est également efficace contre ces formes graves à 81,7% en Afrique du Sud et 87,6% au Brésil, où des variants sont largement répandus. L'Agence américaine des médicaments (FDA) a rendu publics ces documents deux jours avant une réunion de son comité consultatif pour examiner l'autorisation en urgence du vaccin dans le pays. "Les analyses soutiennent un profil de sécurité favorable sans inquiétudes spécifiques de sécurité identifiées qui pourraient empêcher l'émission d'une autorisation d'utilisation en urgence", a-t-elle écrit.

Le vaccin de Johnson & Johnson est déjà administré en Afrique du Sud.

Jusqu'ici, l'efficacité du vaccin de Pfizer avait été prouvée par des essais cliniques: leur validité a été confirmée par l'analyse des données de quelque 1,2 million de personnes en Israël, pays en pointe dans la vaccination et où circule largement le variant britannique.Les auteurs de l'étude, publiée dans le prestigieux New England Journal of Medicine, montrent que la vaccination a réduit de 94% les cas symptomatiques du Covid-19, de 92% les cas graves de la maladie, et de 87% les hospitalisations. Ces taux valent pour la protection obtenue au moins sept jours après la seconde injection. "Il s'agit de la première preuve validée par les pairs de l'efficacité d'un vaccin dans les conditions du monde réel", a déclaré à l'AFP Ben Reis, l'un des co-auteurs.Le vaccin a fonctionné de façon relativement équivalente pour tous les groupes d'âge, a-t-il précisé. Une efficacité a également été constatée contre la possibilité même d'être infecté (et non seulement de développer des symptômes). Une donnée cruciale, car elle pourrait indiquer que les personnes vaccinées ne peuvent plus non plus transmettre le virus, mais qui demande à être confirmée.Autre bonne nouvelle du côté des vaccins: les autorités américaines ont confirmé l'efficacité du remède unidose de Johnson & Johnson, y compris contre des variants, sur la base des données des essais cliniques. Cet avis, qui présage d'une mise sur le marché très prochaine aux Etats-Unis, peut-être dès la fin de la semaine, était très attendu car ce vaccin présente deux avantages en matière de logistique: il ne s'administre qu'en une seule dose et il peut être stocké à des températures de réfrigérateur classique et non de congélateur, ce qui facilitera sa distribution.L'efficacité de ce vaccin est de 85,9% contre les formes graves de la maladie aux Etats-Unis, et il est également efficace contre ces formes graves à 81,7% en Afrique du Sud et 87,6% au Brésil, où des variants sont largement répandus. L'Agence américaine des médicaments (FDA) a rendu publics ces documents deux jours avant une réunion de son comité consultatif pour examiner l'autorisation en urgence du vaccin dans le pays. "Les analyses soutiennent un profil de sécurité favorable sans inquiétudes spécifiques de sécurité identifiées qui pourraient empêcher l'émission d'une autorisation d'utilisation en urgence", a-t-elle écrit. Le vaccin de Johnson & Johnson est déjà administré en Afrique du Sud.