Lors d'une opération exceptionnelle, Levif.be répond à vos interrogations sur le Covid. Aujourd'hui nous répondons à une question sur la contagion :
...

Au début, on a cru que l'on n'était contagieux qu'à partir de l'apparition des premiers symptômes, mais rapidement cette théorie sera mise à mal par les faits. On va en effet constater que des malades ont été contaminés par des personnes qui n'avaient pas encore de symptômes et même qui n'auront jamais de symptômes, les fameux asymptomatiques. On peut donc tout à fait être contagieux, et même super contagieux, sans être soi-même malade. C'est pourquoi il est recommandé de toujours garder une distance de sécurité et un masque en présence avec d'autres personnes, même si elles semblent en parfaite santé.Aujourd'hui, les chercheurs à travers le monde semblent s'accorder sur une fourchette de temps qui se rejoint dans les grosses lignes et que l'on pourrait résumer comme suit : Une personne commence à être contagieuse 48 heures avant l'apparition des symptômes. C'est aussi à ce moment-là, alors que soit même on ignore qu'on est malade, qu'on est le plus contagieux, car on en a littéralement partout ( nez, bouche, mains,...). Or c'est en excrétant des particules de virus que l'on va infecter d'autres personnes. En sachant qu'entre le contact infectieux et l'apparition des premiers symptômes (la période d'incubation), il faut entre 2 et 14 jours (avec une moyenne à six jours), on estime qu'on est potentiellement contagieux entre 7 et 14 jours après le début des symptômes. Voilà pour la règle générale. Il existe cependant une différence selon que l'on est fort malade ou non. Parmi les malades qui développent des symptômes, environ 80 % guérissent sans qu'il soit nécessaire de les hospitaliser. Environ 15 % des patients tombent gravement malades et nécessitent une oxygénothérapie, et 5 % des infections sont critiques et exigent des soins intensifs. De ceux-là, environ 40% vont mourir, souvent suites à des complications comme l'insuffisance respiratoire, le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), la septicémie et le choc septique, la thromboembolie et/ou une défaillance multiviscérale, provoquant des lésions au coeur, au foie ou aux reins. Selon les derniers chiffres des Centers for Disease américains, le taux de mortalité dû à la maladie dans toutes les tranches d'âge est de 2,3 %.>> Si on n'a pas de symptômes, mais que l'on a été testé positif, on estime qu'on n'est plus contagieux 7 jours après le test (et si on n'a pas développé de symptômes par la suite, si c'est le cas lire ci-dessous). >> Si on a été malade, mais que l'on est resté à la maison, on est contagieux jusqu'à entre 7 jours (selon la majorité des experts en Belgique) et 10 jours (pour les fourchettes plus larges) après le début des symptômes. On notera que cette fourchette ne vaut que si on n'a plus eu de symptômes notables de type grosse fièvre depuis minimum 24h (mais deux-trois jours, c'est mieux). >> Pour ceux qui ont dû être hospitalisés, la période de contagion se situe entre 7 et 14 jours après le début des symptômes et va jusqu'à 14 jours et plus (jusqu'à 20 jours selon l'OMS) si on a été aux soins intensifs. La règle édictée plus haut est la règle standard. Il existe une possibilité que celle-ci varie, mais il s'agirait plutôt d'exception. Ainsi, certaines recherches ont démontré que certaines personnes pouvaient expulser des particules de virus et infecter d'autres personnes jusqu'à cinq jours avant de ressentir quoi que ce soit de leur infection. Selon l'OMS, "toute situation dans laquelle des personnes sont à proximité immédiate les unes des autres pendant de longues périodes augmente le risque de transmission. Les espaces intérieurs, en particulier lorsqu'ils sont mal ou pas ventilés, présentent plus de risques que les espaces en plein air. La transmission est surtout facilitée dans les lieux et situations où ces 3 critères coïncident. :Si les tests PCR sont très efficaces pour repérer les patients infectés, ils restent aussi positifs très longtemps. Ils sont en effet si sensibles, qu'ils peuvent repérer la charge virale alors que la personne n'est plus contagieuse. Ces derniers ne sont donc pas des indicateurs absolus lorsqu'il s'agit de vérifier le degré de contagiosité de la personne. Néanmoins, en cas de test positif, on se confinera cependant durant une semaine. Toute personne ayant eu le covid-19 peut également attraper la maladie une seconde fois. Les scientifiques ont fait état de plusieurs nouvelles recontaminations confirmées par des tests en laboratoire au cours des derniers mois. Il s'agit de recontaminations avec une souche de virus légèrement différente de celle qui a provoqué la première infection. Par ailleurs, une deuxième infection n'est pas toujours plus bénigne que la première, elle peut même être plus grave. On ne sait cependant pas encore très bien à quelle fréquence la recontamination se produit. Ce n'est pas parce qu'on n'est plus contagieux que l'on n'est plus malade. Ou plutôt que la réaction inflammatoire provoquée par l'infection virale est guérie. Certains patients n'ont toujours pas récupéré de la première vague et souffrent depuis des mois de grosses fatigues, sont encore essoufflés ou ressentent des douleurs thoraciques et des troubles de l'odorat.