Les personnes vaccinées ont tendance à réserver les bises, les embrassades et les poignées de main à leur famille et à leurs amis, tandis que les personnes non vaccinées sont également enclines à serrer la main ou à embrasser leurs collègues et leurs connaissances.

Mardi, 13 000 Belges ont rempli la 42e manche de grande étude corona de l'Université d'Anvers. Les chercheurs ont notamment interrogé les participants sur leurs contacts. Ils leur ont également demandé dans quelle mesure ils étaient ouverts quant à leur statut vaccinal.

L'enquête révèle que les personnes non vaccinées ont plus de contacts physiques. Et c'est le cas dans tous les groupes d'âge. Alors que les personnes vaccinées ont rarement des contacts physiques avec des collègues ou des contacts professionnels et des connaissances, une proportion importante de personnes vaccinées n'y voient pas de problème.

Peu à peu, les participants (12%) recommencent à faire la fête. Ici encore, la majorité des participants qui disent avoir participé à une fête de plus de cinquante personnes le mois dernier n'étaient pas vaccinés.

Statut vaccinal

Par ailleurs, les résultats de l'enquête montrent qu'il existe une forte volonté de partager son statut vaccinal avec d'autres personnes. Cependant, là encore, il y a une différence entre les personnes vaccinées et non vaccinées. La quasi-totalité des personnes vaccinées n'a aucun problème à partager son statut avec sa famille, ses amis et ses collègues. Parmi les non vaccinés, un sur quatre ne partagerait pas son statut avec ses collègues et un sur huit n'en parlerait pas à sa famille et ses amis.

Selon les scientifiques, cette situation pourrait créer des tensions sur le lieu de travail, car la majorité des personnes vaccinées s'attendent à ce que leurs collègues soient ouverts sur leur statut vaccinal.

Les personnes vaccinées ont tendance à réserver les bises, les embrassades et les poignées de main à leur famille et à leurs amis, tandis que les personnes non vaccinées sont également enclines à serrer la main ou à embrasser leurs collègues et leurs connaissances.Mardi, 13 000 Belges ont rempli la 42e manche de grande étude corona de l'Université d'Anvers. Les chercheurs ont notamment interrogé les participants sur leurs contacts. Ils leur ont également demandé dans quelle mesure ils étaient ouverts quant à leur statut vaccinal. L'enquête révèle que les personnes non vaccinées ont plus de contacts physiques. Et c'est le cas dans tous les groupes d'âge. Alors que les personnes vaccinées ont rarement des contacts physiques avec des collègues ou des contacts professionnels et des connaissances, une proportion importante de personnes vaccinées n'y voient pas de problème.Peu à peu, les participants (12%) recommencent à faire la fête. Ici encore, la majorité des participants qui disent avoir participé à une fête de plus de cinquante personnes le mois dernier n'étaient pas vaccinés.Statut vaccinalPar ailleurs, les résultats de l'enquête montrent qu'il existe une forte volonté de partager son statut vaccinal avec d'autres personnes. Cependant, là encore, il y a une différence entre les personnes vaccinées et non vaccinées. La quasi-totalité des personnes vaccinées n'a aucun problème à partager son statut avec sa famille, ses amis et ses collègues. Parmi les non vaccinés, un sur quatre ne partagerait pas son statut avec ses collègues et un sur huit n'en parlerait pas à sa famille et ses amis.Selon les scientifiques, cette situation pourrait créer des tensions sur le lieu de travail, car la majorité des personnes vaccinées s'attendent à ce que leurs collègues soient ouverts sur leur statut vaccinal.