Emmanuel Macron a évoqué aussi la perspective de ne plus être obligé de porter le masque en extérieur, ce qui "se fera de manière différenciée" selon les régions. "La perspective dans laquelle on vit tous, c'est qu'on puisse progressivement l'enlever, et qu'on puisse l'enlever dans les lieux ouverts où il n'y a pas trop de risque", a-t-il dit, ajoutant: "Ca se fera (...) de manière différenciée sur le territoire".

"Au niveau national il faudra encore attendre un peu. Je pense que jusqu'à la fin juin, on va garder au niveau national à peu près la même organisation", a-t-il déclaré lors d'un point presse. Le chef de l'Etat s'est par ailleurs félicité que 50% des Français adultes aient reçu une première dose du vaccin, ce qui représente selon lui "véritablement un cap" dans la campagne de vaccination.

Il a toutefois appelé les Français à rester "extrêmement prudents et vigilants" car la circulation du virus progresse dans certaines parties du territoire, notamment dans le Sud-Ouest.

Emmanuel Macron a expliqué que la décision de lancer la vaccination des adolescents avait été prise au cours du conseil de défense qui s'est tenu dans la matinée au palais présidentiel de l'Elysée. La Haute autorité de santé (HAS) a rendu un avis mercredi sur la vaccination des 12-15 ans. Elle doit le communiquer jeudi matin, après le feu vert de l'Agence européenne des médicaments (EMA) à l'utilisation du produit de Pfizer/BioNTech pour cette tranche d'âge.

Au total, depuis le début de la campagne de vaccination en France, 26,1 millions de personnes ont reçu au moins une injection de vaccin (39,1% de la population totale), dont 11,2 millions de personnes ont reçu deux doses (16,7% de la population totale).

Emmanuel Macron a évoqué aussi la perspective de ne plus être obligé de porter le masque en extérieur, ce qui "se fera de manière différenciée" selon les régions. "La perspective dans laquelle on vit tous, c'est qu'on puisse progressivement l'enlever, et qu'on puisse l'enlever dans les lieux ouverts où il n'y a pas trop de risque", a-t-il dit, ajoutant: "Ca se fera (...) de manière différenciée sur le territoire"."Au niveau national il faudra encore attendre un peu. Je pense que jusqu'à la fin juin, on va garder au niveau national à peu près la même organisation", a-t-il déclaré lors d'un point presse. Le chef de l'Etat s'est par ailleurs félicité que 50% des Français adultes aient reçu une première dose du vaccin, ce qui représente selon lui "véritablement un cap" dans la campagne de vaccination. Il a toutefois appelé les Français à rester "extrêmement prudents et vigilants" car la circulation du virus progresse dans certaines parties du territoire, notamment dans le Sud-Ouest.Emmanuel Macron a expliqué que la décision de lancer la vaccination des adolescents avait été prise au cours du conseil de défense qui s'est tenu dans la matinée au palais présidentiel de l'Elysée. La Haute autorité de santé (HAS) a rendu un avis mercredi sur la vaccination des 12-15 ans. Elle doit le communiquer jeudi matin, après le feu vert de l'Agence européenne des médicaments (EMA) à l'utilisation du produit de Pfizer/BioNTech pour cette tranche d'âge.Au total, depuis le début de la campagne de vaccination en France, 26,1 millions de personnes ont reçu au moins une injection de vaccin (39,1% de la population totale), dont 11,2 millions de personnes ont reçu deux doses (16,7% de la population totale).