Les vacances nous font du bien. Les planifier nous rend heureux et faire un break dans sa routine quotidienne et professionnelle peut réduire le risque de crise cardiaque de dépression. Elles permettent aussi de reprendre le travail avec plus d'engagement et de créativité. Mais combien de temps faut-il partir pour en bénéficier pleinement ? La BBC s'est demandé s'il existait un "bliss point", une sorte de point culminant du bonheur, dans les vacances. Il s'agit d'un concept économique qui fait référence au niveau de consommation auquel nous sommes le plus satisfaits. Autrement dit, le pic au-delà duquel toute consommation supplémentaire ou ultérieure nous rendrait moins satisfaits. Pour les vacances, cela équivaudrait au moment où, revigorés par les bons moments passés, nous serions prêts à rentrer à la maison.
...

Les vacances nous font du bien. Les planifier nous rend heureux et faire un break dans sa routine quotidienne et professionnelle peut réduire le risque de crise cardiaque de dépression. Elles permettent aussi de reprendre le travail avec plus d'engagement et de créativité. Mais combien de temps faut-il partir pour en bénéficier pleinement ? La BBC s'est demandé s'il existait un "bliss point", une sorte de point culminant du bonheur, dans les vacances. Il s'agit d'un concept économique qui fait référence au niveau de consommation auquel nous sommes le plus satisfaits. Autrement dit, le pic au-delà duquel toute consommation supplémentaire ou ultérieure nous rendrait moins satisfaits. Pour les vacances, cela équivaudrait au moment où, revigorés par les bons moments passés, nous serions prêts à rentrer à la maison. Il est difficile d'établir une durée idéale de vacances, mais les psychologues pensent que la dopamine, connue pour produire un état de bien-être, joue un rôle. Selon Peter Vuust (Université d'Aarhus, Danemark), l'exploration d'un nouvel endroit fait grimper les niveaux de dopamine, car cela nous met au défi de nous adapter à des nouveaux environnements, cultures et habitudes. "Plus une expérience est complexe, plus il y a de chances d'obtenir une satisfaction induite par la dopamine. Si l'expérience est unidimensionnelle, on s'en lasse très vite. Mais si elle est variée et stimulante, elle continuera d'être intéressante", explique Vuust, cité par la BBC. En outre, anticiper les expériences agréables augmente aussi le niveau de dopamine. Il existe peu d'études sur le sujet, mais il est peu probable qu'un point culminant de bonheur soit atteint lors de courts séjours, de deux semaines par exemple. En revanche, cela pourrait être le cas lors de plus longs voyages. Pourquoi ? Parce que nous nous ennuyons assez rapidement. Une étude a révélé qu'entre un tiers et la moitié de notre "bonheur de vacances" provenait de la nouveauté et du sentiment que les stimuli sont différents de notre quotidien. Lors de longs voyages, nous avons plus de temps pour nous habituer aux stimuli environnants, surtout si on reste dans le même endroit. Pour éviter de s'ennuyer, il faut varier ses activités de vacances, et pourquoi pas ses destinations. Mais la sensation de bonheur durant les loisirs dépend surtout de l'autonomie dont on jouit dans nos activités, selon des recherches publiées dans la revue Journal of Happiness Studies. Il y a plusieurs façons d'atteindre le bonheur via les loisirs : faire des activités qui nous stimulent, pouvoir apprendre quelque chose de nouveau, faire des activités avec un objectif et du sens comme le bénévolat... L'énergie psychologique et physique nécessaire à la réalisation d'une activité est primordiale. Mais les différences entre individus sont, elles aussi, énormes. Certaines personnes trouvent les vacances actives énergisantes, et d'autres sont fatigués après s'être relaxés trop longtemps à la plage. Et vice versa. Un autre facteur important est l'environnement dans lequel nous passons nos vacances. Visiter une ville peut être enrichissant, mais l'activité et le bruit peuvent affecter le sommeil et causer du stress. "Cela suggère que vous atteindriez le 'bliss point' plus rapidement dans un environnement urbain que dans un environnement naturel, qui peut améliorer le bien-être mental", explique Jessica de Bloom, chercheuse universitaire aux Pays-Bas et en Finlande. La bonne nouvelle, selon la BBC, c'est qu'il existe de nombreuses façons d'atteindre le point culminant, même si nous ne savons pas quand il se produit exactement. Planifier ses destinations, ses activités et ses compagnons de voyage est une bonne manière de déterminer son point de bonheur individuel. Ce que nous faisons souvent inconsciemment en réservant le type de vacances et d'activités que nous préférons, pour la durée que nous estimons idéale. Ce qui peut expliquer, par exemple, pourquoi les vacances en famille ou entre amis peuvent être parfois moins satisfaisantes au niveau individuel. Dans ce cas précis, la perte d'autonomie dans ses propres activités est cependant compensée par l'établissement de relations sociales solides, un autre facteur primordial pour atteindre le bonheur.