L'automne est bien installé et les températures ne cessent de chuter. Si le corps est suffisamment bien constitué pour s'adapter de lui-même aux températures plus fraîches, il est possible de lui donner un petit coup de pouce pour faciliter et accélérer la transition.

Processus d'adaptation naturel

De nombreuses études ont démontré comment le corps s'adaptait naturellement, parfois même à des températures extrêmes en quelques semaines. Une recherche publiée en 2014 dans la revue PLOS One, a par exemple étudié un groupe d'hommes en bonne santé assis trois heures par jour dans des bains à 14°C. Au début, les hommes ont beaucoup frissonné - la réaction naturelle du corps humain au froid. Leur rythme cardiaque et leur métabolisme se sont accélérés, générant de la chaleur. En même temps, leurs vaisseaux sanguins se rétrécissaient et se retiraient de la surface de la peau, ce qui faisait chuter la température de la peau.

Au 20e et dernier jour de l'étude, les choses avaient évolué. Ils n'avaient presque plus de frissons, leurs vaisseaux sanguins ne se rétrécissaient plus et la température de leur peau ne baissait plus comme avant. Les hommes ont en outre ressenti moins d'inconfort. De plus, leurs échantillons de sang contenaient moins de marqueurs de stress causé par le froid et l'activité du système immunitaire, montrant une adaptation de leur corps au froid.

Changements dus au froid

Chaque corps peut s'adapter au froid grâce à différents ajustements internes. Il est par exemple prouvé qu'un type particulier de tissu adipeux, appelé "graisse brune", peut aider le corps à produire de la chaleur. Les nouveau-nés, par exemple, ont beaucoup de graisse brune, ce qui les aide à rester au chaud tant qu'ils n'ont pas suffisamment de muscles. On pensait autrefois que les gens perdaient leurs réserves de graisse brune lorsqu'ils grandissaient, mais la recherche a révélé que certaines parties du corps adulte la retiennent ou produisent de nouveaux tissus en réponse au froid.

Si le corps humain possède plusieurs mécanismes pour s'adapter au froid, la plupart des gens vivant dans les pays développés les suppriment ou les masquent en protégeant leur corps du stress thermique. "Mettre des vêtements chauds, boire plus de boissons chaudes, augmenter la température intérieure, manger davantage... tout cela augmente le taux métabolique interne. Mais cela ne permet pas au corps de devenir plus résistant au froid", explique Marius Brazaitis, auteur d'une étude sur le sujet. Ceci dit, ces gestes ne causent pas de tort à long terme, mais certains peuvent en revanche coûter de l'argent ou sont néfastes pour la planète (ex : le chauffage), d'où l'intérêt d'aider son corps à s'adapter.

S'adapter, en une semaine seulement

Les scientifiques conseillent de baisser le chauffage de quelques degrés, d'enlever quelques couches et de passer du temps dans des conditions plus fraiches pout s'acclimater, à terme, plus facilement. Une fois l'inconfort et les frissons passés, vous commencerez à vous sentir plus à l'aise après seulement une semaine, dit le Time.

Si vous souhaitez vraiment habituer rapidement votre corps au froid, les douches (très) froides feront l'affaire. Un peu radicales et peu agréables, elles permettent d'accélérer l'accoutumance. Cela peut être une bonne idée si vous comptez partir dans un pays avec des températures bien plus froides. Commencez par une faible exposition de quelques secondes, que vous augmenterez un peu chaque jour.

Prendre une douche froide ou passer du temps dans un environnement froid peut également procurer des bienfaits pour la santé. Mais les personnes fragiles, notamment au niveau cardiaque, se doivent d'être prudentes. Il faut également faire attention aux écarts trop grands de températures.

L'automne est bien installé et les températures ne cessent de chuter. Si le corps est suffisamment bien constitué pour s'adapter de lui-même aux températures plus fraîches, il est possible de lui donner un petit coup de pouce pour faciliter et accélérer la transition. De nombreuses études ont démontré comment le corps s'adaptait naturellement, parfois même à des températures extrêmes en quelques semaines. Une recherche publiée en 2014 dans la revue PLOS One, a par exemple étudié un groupe d'hommes en bonne santé assis trois heures par jour dans des bains à 14°C. Au début, les hommes ont beaucoup frissonné - la réaction naturelle du corps humain au froid. Leur rythme cardiaque et leur métabolisme se sont accélérés, générant de la chaleur. En même temps, leurs vaisseaux sanguins se rétrécissaient et se retiraient de la surface de la peau, ce qui faisait chuter la température de la peau. Au 20e et dernier jour de l'étude, les choses avaient évolué. Ils n'avaient presque plus de frissons, leurs vaisseaux sanguins ne se rétrécissaient plus et la température de leur peau ne baissait plus comme avant. Les hommes ont en outre ressenti moins d'inconfort. De plus, leurs échantillons de sang contenaient moins de marqueurs de stress causé par le froid et l'activité du système immunitaire, montrant une adaptation de leur corps au froid.Chaque corps peut s'adapter au froid grâce à différents ajustements internes. Il est par exemple prouvé qu'un type particulier de tissu adipeux, appelé "graisse brune", peut aider le corps à produire de la chaleur. Les nouveau-nés, par exemple, ont beaucoup de graisse brune, ce qui les aide à rester au chaud tant qu'ils n'ont pas suffisamment de muscles. On pensait autrefois que les gens perdaient leurs réserves de graisse brune lorsqu'ils grandissaient, mais la recherche a révélé que certaines parties du corps adulte la retiennent ou produisent de nouveaux tissus en réponse au froid.Si le corps humain possède plusieurs mécanismes pour s'adapter au froid, la plupart des gens vivant dans les pays développés les suppriment ou les masquent en protégeant leur corps du stress thermique. "Mettre des vêtements chauds, boire plus de boissons chaudes, augmenter la température intérieure, manger davantage... tout cela augmente le taux métabolique interne. Mais cela ne permet pas au corps de devenir plus résistant au froid", explique Marius Brazaitis, auteur d'une étude sur le sujet. Ceci dit, ces gestes ne causent pas de tort à long terme, mais certains peuvent en revanche coûter de l'argent ou sont néfastes pour la planète (ex : le chauffage), d'où l'intérêt d'aider son corps à s'adapter. Les scientifiques conseillent de baisser le chauffage de quelques degrés, d'enlever quelques couches et de passer du temps dans des conditions plus fraiches pout s'acclimater, à terme, plus facilement. Une fois l'inconfort et les frissons passés, vous commencerez à vous sentir plus à l'aise après seulement une semaine, dit le Time. Si vous souhaitez vraiment habituer rapidement votre corps au froid, les douches (très) froides feront l'affaire. Un peu radicales et peu agréables, elles permettent d'accélérer l'accoutumance. Cela peut être une bonne idée si vous comptez partir dans un pays avec des températures bien plus froides. Commencez par une faible exposition de quelques secondes, que vous augmenterez un peu chaque jour. Prendre une douche froide ou passer du temps dans un environnement froid peut également procurer des bienfaits pour la santé. Mais les personnes fragiles, notamment au niveau cardiaque, se doivent d'être prudentes. Il faut également faire attention aux écarts trop grands de températures.