En 2050, la Belgique comptera 3,1 millions de seniors, soit 67% de plus qu'en 2010. À ce moment-là, 25% de la population aura plus de 65 ans. Les plus de 80 ans seront 1.256.000 ou 136% de plus qu'en 2010.

Vu les perspectives démographiques, Femarbel évalue le besoin global de capacité à 178.500 lits à l'horizon 2030 et 287.000 lits en 2050. Soit 4.500 lits de plus chaque année jusqu'en 2050. D'ici-là, il faudra aussi 14,5 millions de mètres carrés en plus pour l'hébergement des seniors. À 2.000 euros le mètre carré en neuf (ou 1.200 euros en rénovation), ce sont des milliards d'euros d'investissements.

Les soins aux personnes âgées vont permettre de créer des dizaines de milliers d'emplois nouveaux. De plus, "il s'agit d'emplois accessibles et non délocalisables", précise dans L'Echo le président de Femarbel, Marc Verbruggen.

Selon les calculs de la fédération, le secteur des maisons de repos comptera 101.000 équivalents temps plein en 2030 et 158.000 en 2050. C'est 76.800 ETP de plus qu'en 2017 ou 124.000 postes de travail supplémentaires (compte tenu des temps partiels), ce qui équivaut à 4.000 emplois par an.

En 2050, la Belgique comptera 3,1 millions de seniors, soit 67% de plus qu'en 2010. À ce moment-là, 25% de la population aura plus de 65 ans. Les plus de 80 ans seront 1.256.000 ou 136% de plus qu'en 2010.Vu les perspectives démographiques, Femarbel évalue le besoin global de capacité à 178.500 lits à l'horizon 2030 et 287.000 lits en 2050. Soit 4.500 lits de plus chaque année jusqu'en 2050. D'ici-là, il faudra aussi 14,5 millions de mètres carrés en plus pour l'hébergement des seniors. À 2.000 euros le mètre carré en neuf (ou 1.200 euros en rénovation), ce sont des milliards d'euros d'investissements.Les soins aux personnes âgées vont permettre de créer des dizaines de milliers d'emplois nouveaux. De plus, "il s'agit d'emplois accessibles et non délocalisables", précise dans L'Echo le président de Femarbel, Marc Verbruggen.Selon les calculs de la fédération, le secteur des maisons de repos comptera 101.000 équivalents temps plein en 2030 et 158.000 en 2050. C'est 76.800 ETP de plus qu'en 2017 ou 124.000 postes de travail supplémentaires (compte tenu des temps partiels), ce qui équivaut à 4.000 emplois par an.