Pour Patrick Marcolini, interviewé dans Marianne pour son livre Divertir pour dominer 2 (L'Echappée, 345 p.), codirigé avec Cédric Biagini, la fascination pour les séries, la légitimation du porno ou la confusion entre pop culture et art font que la culture de masse n'est plus émancipatrice.