Le TOP 3 de la semaine :

Agréablement surpris par le tapage médiatique provoqué par sa négation d'une réalité historique,Mgr Williamson prépare déjà la suite. D'ici peu, il devrait donc nier l'existence :
...

Agréablement surpris par le tapage médiatique provoqué par sa négation d'une réalité historique,Mgr Williamson prépare déjà la suite. D'ici peu, il devrait donc nier l'existence : - Des supporters de l'Antwerp (il n'en a jamais vu. Il a bien de la chance), - De Rudy Aernoudt (sur ce point, il pourrait être suivi par une majorité d'historiens), - Et, bien entendu, de Mgr Williamson (mais si quelqu'un lui apporte des preuves de son existence, il voudra bien les examiner). Rudy Aernoudt a enfin trouvé le slogan de sa campagne électorale : " Les Wallons, c'est du caca ". Ça alors, quelle surprise ! 70 % des lettres envoyées par Test-Achats pour tester la qualité du service clientèle des opérateurs télécoms sont restées sans réponse. Mention spéciale pour Belgacom : l'opérateur a répondu à une seule missive. Après 37 jours d'attente. D'accord, ça a l'air long. Mais l'avantage du courrier c'est que, au moins, quand vous guettez le facteur, vous ne devez pas subir la musique d'attente de Belgacom. Cette semaine, c'est le MR qui a rédigé le tract le plus fascinant : il nous apprend que, dans les écoles, la majorité PS/CDH a voulu supprimer, dans cet ordre, " les frites, les sodas et le latin " Quoi, ça fait grossir, le latin ? La Maison-Blanche prévoit, pour 2009, une baisse du PIB de 1,2 %, suivie, en 2010, par une croissance de 3,2 %. Bon, on ne passerait pas directement en 2010 ? Alors que les Wallons vont recevoir, dans leur boîte aux lettres, une invitation à passer un test de dépistage du cancer du côlon, les francophones bruxellois ne recevront pas ce courrier. Explication de la Communauté française, qui paie la campagne : " Il n'y a pas de recensement linguistique à Bruxelles. Il est donc impossible de savoir qui y parle français. " Certes, faute de dépistage, quelques Bruxellois du bon sexe linguistique risquent de passer l'arme à gauche. Mais l'honneur est sauf : pas un centime francophone n'aura servi à sauver un Flamand. Depuis la semaine dernière, le toit du musée bruxellois des Instruments de musique est recouvert d'une toile de polyester de 240 m3 représentant un cerveau géant et bleu. Selon ses créateurs, l'objet " peut résister à des vents de 170 km/h ". Il ne reste plus qu'à espérer des vents de 180 km/h. Marc oschinsky