Si vous êtes propriétaire d'un appartement, vérifiez d'abord s'il est permis au sein de votre immeuble de proposer votre bien en location sur Airbnb. Vous obtiendrez cette information en parcourant les statuts de l'immeuble. Veillez ensuite à ce que les locataires ne causent aucun trouble de voisinage. Si cela venait à se produire (régulièrement), vos copropriétaires pourraient s'adresser au juge de paix pour faire interdire la mise en location.
...

Si vous êtes propriétaire d'un appartement, vérifiez d'abord s'il est permis au sein de votre immeuble de proposer votre bien en location sur Airbnb. Vous obtiendrez cette information en parcourant les statuts de l'immeuble. Veillez ensuite à ce que les locataires ne causent aucun trouble de voisinage. Si cela venait à se produire (régulièrement), vos copropriétaires pourraient s'adresser au juge de paix pour faire interdire la mise en location. En Wallonie, vous êtes également tenu de faire une déclaration auprès de la cellule déclaration d'exploitation de la Direction des hébergements touristiques du Commissariat général wallon pour le tourisme. Vous devez être en possession d'une attestation sécurité incendie, d'une assurance responsabilité civile et d'un extrait de casier judiciaire vierge. Enfin, vous devez mettre en location la chambre ou le logement entier pour au moins une nuitée (et donc pas sur une base horaire - plus d'infos sur www.tourismewallonie.be). A Bruxelles, les conditions sont plus strictes encore. Là aussi, il faudra enregistrer et être en possession d'une attestation de sécurité incendie et d'une assurance responsabilité civile. Mais vous devrez aussi avoir un permis d'urbanisme, une preuve de propriété ainsi qu'un extrait de casier judiciaire vierge, et fournir une copie de votre carte d'identité. Votre logement doit également satisfaire à toute une série de conditions (consultez le portail du Service public régional emploi et économie de Bruxelles : www.werk-economie-emploi.brussels, dans le volet consacré à l'hébergement touristique). En cas de non respect de ces règles, vous risquez de fortes amendes. Il sera également nécessaire de mentionner les revenus tirés d'une mise en location dans votre déclaration fiscale. Ces indications dépendront des " services " que vous fournissez (par exemple, s'agit-il seulement d'un hébergement pour la nuit ou fournissez-vous aussi le petit-déjeuner ? ) et du montant demandé pour la location. Indépendamment de l'impôt sur le revenu proprement dit, il se peut que vous deviez également vous acquitter d'une taxe touristique. Cette taxe dépend de la commune où votre bien est situé. A Bruxelles, elle s'élève à trois euros par nuitée et par chambre. Enfin, si vous souhaitez mettre en location (une partie de) votre habitation sur Airbnb, vous devrez vous annoncer sur la plateforme. Là aussi, il existe des conditions générales et des règles d'utilisation à respecter. Elles nécessitent une lecture attentive, y compris les petits caractères... Airbnb déploie également un certain nombre de directives concernant l'habitation que vous mettez à disposition. Elles visent, par exemple, la présence d'un kit de premiers soins, ou d'un document reprenant les numéros d'urgence. On vous demandera également d'éliminer les obstacles qui pourraient faire trébucher les locataires, de veiller à ce que le logement soit bien ventilé, ou encore que le réglage du chauffage soit clairement documenté et en bon état de marche. Bien entendu, Airbnb n'a aucun contrôle sur le comportement des bailleurs et compte sur leur bonne foi. La plateforme décline d'ailleurs toute responsabilité. Cela ne signifie pas pour autant que vous puissiez procéder comme vous l'entendez. Les bailleurs qui ne respectent pas les responsabilités qui leur incombent sont suspendus de toutes les activités sur le site d'Airbnb.