Les laboratoires de préparations homéopathiques Boiron s'installeront-ils bien dans un bâtiment flambant neuf sur un terrain à bâtir situé au coeur de Beauvechain, dans le Brabant wallon? Le feu est désormais au vert pour ce projet qui, depuis 2019, avait fait l'objet de trois demandes de permis successives, malgré la vive opposition d'une grande partie des riverains. Le ministre wallon de tutelle, ...

Les laboratoires de préparations homéopathiques Boiron s'installeront-ils bien dans un bâtiment flambant neuf sur un terrain à bâtir situé au coeur de Beauvechain, dans le Brabant wallon? Le feu est désormais au vert pour ce projet qui, depuis 2019, avait fait l'objet de trois demandes de permis successives, malgré la vive opposition d'une grande partie des riverains. Le ministre wallon de tutelle, le MR Willy Borsus, lui a en effet accordé le permis nécessaire. Auparavant, la commune de Beauvechain et la fonctionnaire déléguée de la Région wallonne avaient recalé ce projet, prévu sur un terrain situé en zone inondable et labellisé "site de grand intérêt biologique". A son tour, la commission de recours, saisie par Boiron, s'est également prononcée contre. Le ministre Borsus en a décidé autrement. Les riverains envisagent à présent de saisir le Conseil d'Etat. Tout indique donc que ce bâtiment, destiné à accueillir une quarantaine d'employés venus du site social actuel d'Evere, une commune bruxelloise, devrait sortir de terre à moyen terme. Mais il semble que cette évidence soit impossible à confirmer à l'heure actuelle. Interrogée par Le Vif sur le maintien ou non de ce projet, qui ne fait pas l'unanimité et entache sans doute l'image du groupe, Boiron Belgique répond qu'elle ne donnerait pas d'interview à ce propos pour l'instant mais ferait signe "dès qu'elle serait en mesure de répondre". Est-ce à dire qu'elle ne l'est pas? "Je vous confirme que nous n'entendons pas nous étendre sur le sujet à ce stade", a précisé Ulrike Van den Houte, au nom de Boiron. Interpellée à son tour, Boiron France a botté en touche vers sa filiale belge. Le directeur de Boiron Belgique a pour sa part quitté la maison en septembre dernier, un mois environ avant la réponse du cabinet Borsus. A ce jour, il n'a pas été remplacé. Quant à la bourgmestre MR, Carole Ghiot, elle n'a pas donné suite aux demandes du Vif.