Contrairement à ce qu'elle avait affirmé par écrit, à deux reprises, au Vif, la direction de Boiron Belgique a décidé d'introduire un recours contre l'avis négatif rendu par la fonctionnaire déléguée de la Région wallonne sur son projet d'installation à Beauvechain. L'information a été confirmée par la direction des recours du Service public de Wallonie.

En juin dernier, la fonctionnaire déléguée de la Région wallonne, compétente pour le Brabant wallon, avait rendu un avis négatif sur la troisième demande de permis déposée par cette firme, spécialisée dans les produits homéopathiques. Ces projets successifs, prévus sur un terrain à bâtir au centre du village, en zone inondable, avaient suscité une forte opposition des habitants de Beauvechain.

L'administration doit à présent envoyer une proposition motivée de décision au gouvernement, dans les 65 jours. L'exécutif disposera alors d'un mois pour trancher. "A défaut de l'envoi de la décision du gouvernement au demandeur dans le délai imparti, la décision dont recours est confirmée", précise encore la direction des recours.

La direction de Boiron n'a pas donné suite aux demandes de réaction du Vif.

Contrairement à ce qu'elle avait affirmé par écrit, à deux reprises, au Vif, la direction de Boiron Belgique a décidé d'introduire un recours contre l'avis négatif rendu par la fonctionnaire déléguée de la Région wallonne sur son projet d'installation à Beauvechain. L'information a été confirmée par la direction des recours du Service public de Wallonie. En juin dernier, la fonctionnaire déléguée de la Région wallonne, compétente pour le Brabant wallon, avait rendu un avis négatif sur la troisième demande de permis déposée par cette firme, spécialisée dans les produits homéopathiques. Ces projets successifs, prévus sur un terrain à bâtir au centre du village, en zone inondable, avaient suscité une forte opposition des habitants de Beauvechain.L'administration doit à présent envoyer une proposition motivée de décision au gouvernement, dans les 65 jours. L'exécutif disposera alors d'un mois pour trancher. "A défaut de l'envoi de la décision du gouvernement au demandeur dans le délai imparti, la décision dont recours est confirmée", précise encore la direction des recours. La direction de Boiron n'a pas donné suite aux demandes de réaction du Vif.