Propriétaire depuis trois ans du complexe Caméo 2, dédié au cinéma d'auteur, la Ville de Namur a enfin cadré son scénario : elle souhaite développer davantage le site pour le transformer en un lieu dédié à l'image et en refaire un pôle d'animation du centre urbain.
...

Propriétaire depuis trois ans du complexe Caméo 2, dédié au cinéma d'auteur, la Ville de Namur a enfin cadré son scénario : elle souhaite développer davantage le site pour le transformer en un lieu dédié à l'image et en refaire un pôle d'animation du centre urbain. La première étape du projet culturel défini par la Ville autour de ce complexe cinématographique a été franchie dès 2008. A la suite de sa réouverture, 50 000 spectateurs avaient franchi ses portes en un an et conforté la Ville dans sa volonté d'aller plus loin. D'où les nouvelles études pour définir plus précisément les travaux à effectuer. Le projet de rénovation complète a vu le jour afin de "faire en sorte que de plus en plus de personnes issues de groupes variés aient l'occasion de franchir les portes de l'espace Caméo et d'y revenir ", explique Anne De Gand, échevine de la Culture (Ecolo). Les travaux de rénovation lourde - seuls les murs porteurs seront maintenus - débuteront fin 2010 durant 11 mois minimum, pour un budget de 2,5 millions d'euros. Les autorités communales se sont aussi accordées sur la nécessité de valoriser les quais de la Sambre et de la Meuse, arguant que Namur n'avait que trop tourné le dos à ses cours d'eau. L'aménagement des quais devrait se concrétiser par un ensemble d'équipements à la fois touristiques et urbains. Concrètement, il s'agit de l'aménagement d'un espace horeca saisonnier à la pointe du site du Grognon, d'un espace pour les bouquinistes sur les quais de Meuse, d'aires de pique-nique, notamment à la plage d'Amée, ainsi que de bornes informatives, de bancs et d'un nouvel éclairage. Le Musée archéologique connaîtra aussi des travaux d'aménagement intérieur dès 2010, avec une muséographie plus contemporaine, dynamique et modulable afin de garantir son attractivité et son ouverture à un public élargi. " La Citadelle ne vit pas ? Mais venez donc voir vous-même, je vous invite. Et parcourez le programme actuel ! " s'insurge le bourgmestre quand on ose lui asséner que cet immense espace historique surplombant le centre est sous-exploité. Avec cette augmentation du nombre et du niveau des animations accueillies dans son domaine fortifié et sur son esplanade, la Citadelle de Namur se devait de poursuivre la restauration de ses fortifications et le renforcement de son infrastructure touristique. Les dossiers de restauration des portes de Bordial et Médiane, ainsi que ceux des tours Joyeuse et César sont en cours. L'ancienne caserne militaire Terra Nova verra aussi son rôle renforcé et développé par la création d'une taverne et d'un accueil touristique agrandi et modernisé. Le site se dotera également d'un centre d'interprétation de l'histoire de la Ville et de la Citadelle. Cette dernière bénéficiera aussi de l'achat de deux nouveaux trains touristiques. L'un servira à la liaison Ville-Citadelle, l'autre se cantonnera à la visite guidée des fortifications. Enfin, le rapatriement et l'exposition du Panorama de la bataille de la Meuse sont programmés pour en faire une attraction touristique de circonstance lors des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale (2014). Stephan Debusschere